Abbaye Saint-Hilaire

  Art campanaire

  Terminologie de l'art campanaire

 

  Rejoignez l'Association des Amis de Saint-Hilaire !  - infos -

   Afficher la page plein écran - infos -   Le  raccourci CTRL et F - infos -

 

 

On distingue dans les cloches plusieurs parties qui, chacune, ont un nom. Du bas vers le haut, vous avez:

 

  la patte : bord inférieur qui est mince.

 

  la panse ou pinse : c'est la partie la plus épaisse contre laquelle frappe le
     battant. La panse se nomme aussi bord; c'est pour l'ordinaire l'épaisseur
     de la panse ou du bord, qui règle l'épaisseur, la hauteur et le diamètre
     d'une cloche.

 

  les faussures : c'est ainsi qu'on appelle l'endroit de la surface extérieure
     et inférieure d'une cloche où elle cesse de suivre la même convexité. Les
     faussures d'une cloche ont ordinairement un corps d'épaisseur, ou le
     tiers du bord de la cloche.

 

     On les appelle faussures, parce que c'est sur cette circonférence de la
     cloche que se réunissent les arcs de différents cercles dont la courbure
     extérieure de la cloche est formée; courbure qui par cette raison n'est
     pas une ligne homogène et continue.

cloche - terminologie

  la gorge ou fourniture : c'est le passage entre les saussures et la panse,
     le point où le métal s'épaissit et où la cloche commence à prendre un
     diamètre plus fort.

 

  le vase supérieur : c'est la partie supérieure de la cloche à peu près
     cylindrique, entre les saussures et le cerveau.

 

  le cerveau : c'est la partie supérieure à laquelle tiennent les anses
     en dehors, et l'anneau du battant en dedans. Cette partie de la cloche a
     la forme à-peu-près semblable à celle de la partie de la tête des animaux
     qui renferme la cervelle. C'est la raison pour laquelle on lui a donné le
     nom de cerveau.

 

     La largeur du cerveau dépend de la longueur du diamètre de la cloche.
     La règle est de lui donner sept bords et demi de diamètre, c'est-à-dire la
     moitié du diamètre de l'ouverture inférieure de la cloche. À l'égard de<
     son épaisseur, elle est ordinairement d'un corps ou d'un tiers de
     l'épaisseur du bord. Mais afin que les anses soient plus solides, on fortifie
     le cerveau par une augmentation de matière, qui a aussi un corps
     d'épaisseur, et qu'on appelle l'onde ou la calotte.

 

  les anses : qui sont les bras supérieurs au moyen desquels on suspend la
     cloche au mouton.

 

  le battant : qui est de fer forgé, en forme de poire très allongée,
     terminé par un appendice ou poids destiné à lui donner de la volée. Le
     battant porte au sommet de sa tige un anneau qui sert à l'attacher à
     l'intérieur du cerveau au moyen d'une forte courroie en cuir.

 

  l'évolution ou révolution d'une cloche :

      la demi-volée est la distance mesurée entre l'extrémité du battant et
         l'axe du tourillon;

 

    •   la volée correspond au cercle décrit par l'extrémité du battant.

 

    •   le système lancé : la monture est droite (cas de Saint-Hilaire); la
         cloche pend toute entière au-dessous du joug. C'est le mode normal
         de sonnerie, celui qui fait rendre à la cloche son maximum de sonorité.

Cloche équipée en "lancé"

         Avec ce système le battant vient frapper à la lèvre supérieure de la
         cloche.

Cloche : le système "lancé"

         Le système "lancé" est à recommander chaque fois que l'on dispose
         de la place suffisante et que la structure du clocher est assez solide.

 

         Dans ce système, la composante horizontale d'ébranlement atteint
         140 % du poids de la cloche (P x 1,40), lorsqu'elle fait un tour
         complet sur elle-même.

 

      le système rétro-grade ou rétro-lancé ou rétro-mitigé : la monture
         est cintrée et le centre de gravité de la cloche se trouve ainsi
         rapproché de l'axe d'oscillation, et l'espace nécessaire à l'évolution de
         la cloche se trouve réduit, tandis que, par ailleurs, l'ébranlement est
         très sensiblement diminué.

Cloche équipée en "rétro-grade"

         Avec ces systèmes le battant vient frapper à la lèvre inférieure de la
         cloche (système en place à Saint-Hilaire).

Cloche : système "rétro-grade"

         Dans ce système, la composante horizontale d'ébranlement atteint
         0,40 % du poids de la cloche lorsqu'elle fait un tour complet sur

         elle-même.

 

  la tonalité d'une cloche : en connaissant le diamètre de base, et en se
     référant au tableau ci-dessous de la Fonderie PACCARD, il est possible de
     se faire une idée approximative de la tonalité d'une cloche en fonction
     de son poids.

Cloches : tonalités-poids-diamètres  

 ► Vocabulaire utilisé par la Fonderie PACCARD depuis 1796 - ici -

 

 

 

  

  Autres documents sur le site de Saint-Hilaire

 

  L'art campanaire et sa terminologie - ici -

  La fabrication d'une cloche en Occident - ici -

  Saint-Hilaire :

        La tour clocher - ici -

        La cloche dans la cour du chevet - ici -

        Bénédiction d'Anne-Marie - ici -

            Rituel de bénédiction avant 1984 - ici -

            Rituel de bénédiction depuis 1984 - ici -

        Art campanaire aux alentours de Saint-Hilaire - ici -

  L'ennemi des cloches ? Les guerres - ici -

  Histoire des cloches, clochettes, carillons - ici -

  Sonneurs, sonneries et règlements - ici -

  Campanographie, bibliographie - ici -

 

 

Armoiries du Comtat Venaissin Coat of arms of the Carmelite order

 

 

Tourisme en Vaucluse Provence - ADDRT 84 Vaucluse en Provence - ADDRT 84