Ventoux
  

 

 

  En Vaucluse

  le mont Ventoux,

  sur les chemins de vos vacances...

 

  Rejoignez l'Association des Amis de Saint-Hilaire !     - infos -

   Afficher plein écran - infos -   Raccourci CTRL et F - infos -  Lecture PDF - infos -

 

Nous avons apporté le plus grand soin à la rédaction de cette page et à sa vérification. Toutefois, les informations pratiques (adresses, site Web, n° de téléphone...) doivent être considérées comme des indications du fait de l'évolution constante de ces données.

 

 

 ► Version PDF - 114 pages - ici -

 

 

 

Logo Tourisme en Vaucluse - Conseil général

Webcam :  face sud et sommet du mont Ventoux en direct de Carpentras.   Source : vaucluse.fr

 

 Cette montagne, que l’on découvre au loin de toutes parts, est   

  presque toujours devant les yeux. Pétrarque.

 

  

  Table des matières - ici -

 

Son nom remonte à une source latine du IIe siècle, Vintur, divinité des sommets signifiant "qui se voit de loin". Son ancien nom Ventour, que l'on retrouve au XIe siècle, est basé sur la racine oronymique préceltique "went mont", réinterprété plus tard par "venteux".

 

 

 

  

  Localisation

 

Entre les Pyrénées et les Alpes, dans les monts de Vaucluse, massif montagneux des Préalpes du Sud de 95 millions d’années, le mont Ventoux, d'une surface de 580 km², et le sommet le plus élevé de Vaucluse avec ses 1.909,603 m*.

 

Le repère de nivellement V'.G.Q3 - 19-1 en bronze scellé situé à la base du pilier géodésique, élevé en bordure est de la terrasse circulaire de l'Observatoire, peut être considéré comme le point sommital du mont Ventoux, le repère de précision moindre, type Bourdalouë, matricule V’.G.Q3 - 20, d’une altitude de 1909.677 m, ayant disparu depuis plusieurs années.

 

Informations fournies par M. Jean Paul et Mlle Sophie Argence, tous deux ingénieurs Géomètres Topographes et Géomètres-Experts à Carpentras (Tél.: 04 90 63 13 88).

 

Surnommé le Géant de Provence ou le mont Chauve, ce massif au sommet calotté de blanc même en été, orienté sur un axe est-ouest d'environ 25 km de long pour 15 km de large sur un axe nord-sud, doit son isolement géographique à l’activité tectonique de la région pendant le Crétacé.

 

Son versant sud, ensoleillé descend vers la plaine comtadine et son versant nord, plus sauvage, tombe abruptement vers la Drôme provençale.

 

 

Du fait de son isolement géographique, son sommet est visible sur de grandes distances et constitue la frontière linguistique entre le Nord et l'Occitanie au Sud, ou l'occitan fut la principale langue vernaculaire.

 

 ► Image satellite avec Google Earth - ici -

 

 

 

  

  Carte

 

La carte de randonnée TOP 25 IGN 3140ET - Mont-Ventoux (Gps) couvre en totalité les communes de Bédoin, Malaucène, Buis-les-Baronnies, Mormoiron, Villes-sur-Auzon, Mollans-sur-Ouvèze, Crillon-le-Brave, Blauvac, Méthamis, Monieux, Beaumont-du-Ventoux, La Roche-sur-le-Buis, Mérindol-les-Oliviers, Plaisians, Aurel, Eygaliers, Propiac, Savoillan, La Penne-sur-l'Ouvèze, Brantes et Saint-Léger-du-Ventoux.

 

Sur la carte 3140ET, vous trouverez la forêt domaniale du Toulourenc, la forêt domaniale du Ventoux, la forêt domaniale du mont Ventoux, la forêt domaniale du Ventouret et le mont Ventoux. Vous y découvrirez également la forêt domaniale des Baronnies, le mont Serein, la montagne de Bluye, le pic du Comte et les gorges de la Nesque.

 

Vous prendrez plaisir à visiter la montagne de Geine, le sommet de la Plate, la Nible, la forêt domaniale de la Tune et la montagne de la Loube. Mais songez aussi à voir la forêt domaniale d'Aurel, la montagne de Banne, le mont du Moustier, le mont du Moustiers et le coteau de la Meynière.

 

Carte topographique TOP 25 IGN 3140ET - Mont-Ventoux (Gps)

Itinéraires de randonnées - Informations touristiques

Échelle : 1:25000 - 1 cm = 250 m

Date d'édition : août 2008

EAN : 9782758510390

Prix : 11.50 €

Infos complémentaires : - ici -

 

 

 

  

  Présentation

  (Publication de l'École Normale Supérieure - Département Géographie)

 

Le massif du Ventoux est situé à l’extrémité nord-ouest du Panneau de couverture nord provençal (PCNP). Deux éléments sont essentiels pour comprendre la mise en place du relief et des paysages du mont: les processus tectoniques et les évolutions climatiques d’une part, la présence et l’action de l’eau d’autre part.

 

Situé entre les Pyrénées et les Alpes, le relief du mont Ventoux résulte de leur évolution non-simultanée, mais aussi des événements tectoniques et géologiques propres à la Provence.

 

Le relief du Ventoux a également été façonné par l’eau, qui infiltre le massif et ressort en grande part à la Fontaine de Vaucluse. Les effets de l’eau sur les roches calcaires sont visibles dans le paysage, par exemple à la Combe de Curnier.

 

Mont Ventoux

La situation du mont Ventoux au sein du panneau de couverture nord-provençal.

 

 

 ► Carte géologique du BRGM - ici -

 

 

 

  

  La naissance du mont Ventoux

 

    Ère secondaire – Jurassique

 

155 millions d’années (Ma) avant J.-C., il n’y avait pas de mont Ventoux. Le lieu de son emplacement futur est situé dans un bassin sédimentaire. À partir de -155 Ma, ce bassin profond se modifie pour ressembler davantage à une bordure de bassin.

 

 

    Ère secondaire – Crétacé

 

Un abrupt morphologique se forme peu à peu sur l’axe Ventoux-Lure. À partir de -95 Ma, une sédimentation littorale a lieu. Certaines terres émergent. La formation des Pyrénées entraîne une compression nord-sud, responsable de la formation d’un relief à l’emplacement du Ventoux.

 

 

    Ère tertiaire – Éocène, Oligocène

 

 

La compression est remplacée par une extension. De grands bassins et de petits fossés d’effondrement se forment. Le massif du mont Ventoux se distingue morphologiquement de ses alentours. De plus, une mer envahit alors la Provence, le mont est alors une île.

 

 

    Ère tertiaire – Miocène, Pliocène

 

De -10 à -2 Ma, la collision alpine entraîne des déformations qui accentuent les évolutions antérieures. Le Ventoux est alors le mont le plus élevé de Provence.

 

 

    Le mont Ventoux aujourd'hui

 

Au Quaternaire, la déformation alpine se poursuit, les accidents qui bordent le Ventoux lui sont dus. Ils sont toujours actifs, comme le montrent les occurrences de séisme. Cependant la vitesse moyenne de déplacement reste inférieure à 1 mm/an. La déformation est très lente, mais le relief du mont est toujours en évolution.

 

À la rencontre de deux accidents majeurs, la faille de Nîmes et les chevauchements Ventoux/Lure, auxquels il doit sans doute sa position culminante qui varie au cours du temps, en raison des mouvements verticaux d’origine tectonique et de l’érosion due aux vents et aux précipitations.

 

Le massif est marqué par une forte dissymétrie nord-sud. Le sommet se situe au centre de la crête, étroite, longue de 25 km, sinueuse, mais orientée globalement est-ouest. Vers le nord, l’escarpement est marqué par des pentes supérieures très raides.

 

Le tronçon le plus abrupt de ce versant est entaillé de nombreux ravins. Vers le sud, le relief se prolonge perpendiculairement à la crête principale jusqu’aux monts de Vaucluse. La pente des deux versants qu’il présente, orientés à l’est et à l’ouest, est moins forte qu’au nord.

 

 

 

  

  Un massif façonné par l'eau

 

    Un écoulement souterrain très important

 

L’eau semble absente du mont Ventoux. On y trouve quelques rares sources, le ruissellement de surface est faible. Cependant, une importante lame est disponible pour l’écoulement, car le versant sud constitue une barrière aux masses d’air humides venant de la Méditerranée, et les précipitations sont abondantes dès que l’altitude augmente.

 

L’écoulement alimente presque exclusivement l’infiltration sur les calcaires. L’essentiel des eaux s’infiltre profondément et ressort à la Fontaine de Vaucluse, située à 30 km au sud du massif. Ainsi, le massif du Ventoux reçoit et fait circuler des volumes d’eau considérables. Les écoulements sont organisés en un ensemble de drainage hiérarchisé, tel un réseau hydrographique de surface.

 

On ne voit point l’eau elle-même, mais on en voit les traces. L’ancienne présence de l’eau a entraîné une dissolution des calcaires et la formation d’un système karstique remarquable.

 

Aujourd’hui, de nombreuses grottes et avens, qui faisaient autrefois partie du réseau hydrographique souterrain, sont délaissés par l’eau et attirent promeneurs et spéléologues.

 

Un aven est une cavité dont l’accès s’ouvre dans le sol et qui présente la forme d’un puits vertical dont la profondeur peut être impressionnante. Le plus souvent, il résulte de l’effondrement de la voûte d’une grotte, suite à la dissolution des couches calcaires.

 

Les processus souterrains entraînent également une modification du relief à la surface. La présence de dolines autour du Ventoux en est un exemple. Celles-ci sont dues à l’affaissement d’une grotte, qui n’a pas provoqué, contrairement au cas des avens, l’ouverture de la cavité sous-jacente.

 

Une dépression de surface se forme, la doline, où l’eau peut s’accumuler et déposer par ravinement des argiles de décalcification, d’où la couleur rouge de la terre.

 

 

    L’action de l’eau de surface sur les reliefs

 

À la place des anciens lits se trouvent des thalwegs. Les formes de dissolution des calcaires, ou lapiaz, dues à l’ancienne présence de l’eau, sont masquées au sol par les éboulis périglaciaires et les débris rocheux.

 

Cependant les calcaires sont bien visibles sous la forme d’escarpements. La Combe de Curnier est une véritable gorge, à sec, entourée de falaises. Ses parois ont été ciselées par l’eau. Elles présentent des renfoncements qu’on appelle des baumes, et qui constituent des abris sous les roches.

 

Cela tient à la différence des calcaires, due aux différents coraux de l’ère secondaire. Le calcaire urgonien comprend des lits durs et des lits mous. Les roches dures ont l’apparence de blocs cimentés, tandis que les roches plus tendres donnent de petits cailloutis qui s’effritent facilement.

 

Sur le versant sud, les vallons et les combes sont nombreux. Lorsqu’ils sont encadrés de parois abruptes, on peut parler de canyons.

 

Parfois l’eau refait surface. On la voit apparaître sous la forme de résurgences karstiques. Généralement à sec, la combe de Curnier peut exceptionnellement rassembler les grosses eaux des orages d’automne, les écoulements peuvent être puissants et entraîner avec eux des matériaux qui participent à l’érosion. Ainsi des débris de roche recouvrent le sol.

 

Mont Ventoux - Combe Curnier, commune de Bédoin

Combe de Curnier, carte géologique et plan d'accès - ici -

 

 

 

  

  L’étagement bioclimatique du mont Ventoux

 

Les conditions géographiques bien particulières du mont Ventoux en font un cas d’école pour l’étude de l’étagement bioclimatique en milieu méditerranéen et subalpin.

 

Le principal facteur discriminant est la température, qu’influencent à la fois l’altitude et l’exposition. Le Ventoux présente à cet égard un profil atypique. Surplombant du haut de ses 1.909,.. m une plaine située à 300 m au-dessus du niveau de la mer, il est orienté est-ouest et offre ainsi un versant sud (adret) qui monte en pente relativement douce (10-16 %), et un versant nord (ubac) bien plus abrupt.

 

Le long de ces deux versants s’étagent différents types de végétation arborée, chaque étage bioclimatique se situant à une altitude légèrement inférieure sur l’ubac du fait de la moindre exposition au soleil.

 

 

 

  

  Les différents étages présents sur le mont Ventoux

 

    L’étage méditerranéen

      Adret : 300-800 m / ubac : 300-600 m

 

Surnommé "étage du chêne vert". Cet étage sous influence méditerranéenne voit la prépondérance du chêne vert typique des forêts méditerranéennes, résistant aux fortes chaleurs et aux périodes de sécheresse. Dans le cortège floristique du chêne vert se trouvent le pin d’Alep et le chêne Kermès, amateurs de chaleur et donc plus abondants dans les altitudes inférieures de cet étage.

 

 

    L’étage supra-méditerranéen

      Adret : 800-1.200 m / ubac : 600l-1.100 m

 

Surnommé "étage du chêne blanc". Le chêne blanc, ou chêne pubescent, s’épanouit dans des milieux plus frais et humides que le chêne vert, ce qui explique sa présence à cet étage bioclimatique. Le buis accompagne la présence du chêne pubescent, ainsi que le pin sylvestre qui se substitue progressivement au pin d’Alep et dont la présence se renforce avec l’altitude.

 

Enfin, notons la présence remarquable du cèdre d’Algérie, introduit par les campagnes de reforestation des années 1860 entre 800 et 1.000 m, et qui forme la plus grande cédraie de France.

 

 

    L’étage montagnard

      Adret : 1.200-1.700 m / ubac : 1.100-1.600 m

 

Surnommé "étage du hêtre". Le hêtre commence à s’implanter dans les combes de l’étage précédent, pour finir par supplanter le chêne pubescent aux altitudes supérieures à 1.000 m.

 

Cet étage voit aussi la multiplication du pin sylvestre, qui lui confère une tonalité nettement plus alpine que les étages précédents.

 

 

    L’étage subalpin

      Adret 1.700-1.800m / ubac : 1.600-1.800m

 

Surnommé "étage du pin à crochets". Les pins sylvestres présents depuis les hauteurs de l’étage supra-méditerranéen se mêlent désormais au pin à crochet.

 

Les pins à crochets forment des bois de plus en plus clairs, constitués d’individus malmenés par la rudesse des conditions: moyennes annuelles oscillant entre 4 et 6°C, couverture neigeuse 6 mois durant, maximales estivales dépassant péniblement les 10°C.

 

 

    La calotte sommitale

      Adret 1.800-1.909 m / ubac : 1.800-1.909 m

 

Les pins à crochets épars et rachitiques laissent peu à peu place à une calotte pierreuse dénuée de toute végétation permanente, donnant au sommet du Ventoux son aspect lunaire. Cet environnement peu clément voit toutefois la prolifération de nombreuses fleurs au printemps.

 

 

 

  

  Déforestation, reforestation

  et gestion forestière au mont Ventoux

 

Le paysage forestier unique du Ventoux, qui présente l’étagement décrit précédemment, est le fruit d’une histoire tourmentée. Il suffit de regarder quelques clichés datant de la fin du XIXe siècle pour se rendre compte du travail exceptionnel de reforestation qui a été accompli en un siècle: à un paysage désolé de landes a succédé une riche forêt dans laquelle l’action anthropique reste bien visible.

 

À la faveur du reboisement, la forêt du Ventoux a été recomposée par l’homme, si on la compare aux informations qui nous sont parvenues sur l‘état de la forêt avant 1250, date de la cession de la forêt aux habitants de la montagne et du tout début de la déforestation.

 

Jusqu’au milieu du XIXe siècle et malgré un découpage administratif différencié entre les versants, les pratiques d’exploitation du mont Ventoux par les habitants sont relativement unifiées. L’exploitation agricole des versants est importante, avec la domination de polycultures autarciques, et l’élevage ovin extensif est très pratiqué jusque dans les pentes les plus élevées du Ventoux.

 

Cet élevage extensif mais néanmoins important a généré du surpâturage et a beaucoup nui à la régénération de la forêt, accélérant un processus de déforestation par ailleurs bien entamé.

 

Outre le défrichage pour usages agricoles, la forêt fournissait en effet de nombreux produits aux habitants: bois de chauffage, buis pour la production d’engrais, herbes aromatiques (lavande, etc.). Cette exploitation intensive et protéiforme culmine vers le milieu du XIXe siècle, engendrant un déboisement massif que seuls quelques lambeaux de forêts venaient tempérer.

 

Les conséquences néfastes du déboisement alertent peu à peu les autorités locales comme centrales, notamment l’érosion croissante suite aux crues dévastatrices de divers cours d’eau de la région dans la première moitié du XIXe siècle: Toulourenc, Durance, etc..  

 

Une première loi très ambitieuse est votée en 1860, sous l’influence directe de Napoléon III, permettant d’interdire le pâturage sur certains terrains et d’y pratiquer le reboisement d’office.

 

Devant l’hostilité des populations montagnardes, deux lois plus libérales sont votées en 1864 puis 1882. Avec la dépopulation croissante des montagnes, la pression foncière s’amoindrit. Le cumul de ces facteurs aboutit à des résultats très positifs sur les versants sud comme nord: de larges campagnes de reboisement y furent menées.

 

Mais cette impulsion nationale ne doit pas masquer l’énergie déployée par la commune de Bédoin, à qui les droits fonciers sur tout le versant sud-ouest avaient été octroyés depuis 1250. En 1840, le maire de Bédoin Jean-Joseph Eymard débute une bataille pour le reboisement des pentes du Ventoux.

 

L’hostilité des conseillers municipaux, pour beaucoup des bergers, reste toutefois grande et le reboisement n’est pas décidé. Mais quand son fils Joseph-Charles Eymard reprend la mairie en 1858, celui-ci relance l’idée avec l’appui des administrations forestières concernées et de l’inspecteur forestier François Tichadou, porteur de techniques novatrices de semis et de plantation.

 

Malgré de fortes hostilités, la limitation du pacage et le reboisement sont lancés sur plusieurs secteurs. Les lois mentionnées ci-dessus viennent appuyer cet effort local, emportant peu à peu l’adhésion des populations en raison des subventions accordées par l’État pour le reboisement.  

Il est intéressant de noter que la loi de 1860, jugée à l’époque coercitive, a en fait joué un rôle de catalyseur pour le changement des mentalités chez les habitants de Bédoin.

 

La progression notable du reboisement ne doit pas masquer les tensions cela créa, notamment entre des services forestiers parfois perçus comme les émissaires du pouvoir central, et des habitants jaloux des revenus issus de l’exploitation traditionnelle de la montagne.

 

Le reboisement offre néanmoins l’occasion d’un changement de paradigme quant à l’exploitation forestière. A une exploitation non concertée et manifestement abusive, succède une gestion plus raisonnée faisant valoir les potentielles richesses pouvant être tirées d’une forêt durablement gérée.

 

À Bédoin notamment, le reboisement accorde une place importante au chêne, planté avec des espaces de 5 m pour accroître le potentiel truffier de la région. Les revenus truffiers progressent fortement au tournant du XXe siècle. De la même façon, on décide d’introduire des essences rares comme le cèdre de l’Atlas, et de développer l’industrie forestière à travers des essences comme le pin noir.

 

Si le reboisement ne s’est pas fait sans heurt, du fait malgré tout d’oppositions locales lancinantes et de la rudesse des conditions climatiques qui a pu ralentir le processus, force est de constater que le résultat est probant.

 

Comme le conclut Jean-Michel Ningre, ingénieur du GREF et auteur en 2007 d’un article sur le reboisement au Ventoux (Le reboisement du Ventoux au XIXe siècle, Forêt méditerranéenne, tome XXVII, n°4, décembre 2007), cet exemple emblématique d’un reboisement réussi peut être transposé à certains pays du Sud confrontés à ce type de problème.

 

 

 

  

  Quatre communes pour un sommet

 

Mont Ventoux - Communes de Beaumont-du-Ventoux, Bédoin, Brantes et Saint-Léger-du-Ventoux

Pour agrandir le document, cliquer - ici -

 

 

 

  

  Terrasse de l'ancien Observatoire

 

Mont Ventoux - Terrasse de l'Observatoire

Pour agrandir le document, cliquer - ici -

 

 

Une borne implantée au centre de l'ancienne terrasse de l'Observatoire marque le point de convergence des limites territoriales des communes de Beaumont-du-Ventoux, Bédoin, Brantes et Saint-Léger-du-Ventoux:

Mont Ventoux - Terrasse de l'Observatoire - point de convergence des limites territoriales des communes de Beaumont-du-Ventoux, Bédoin, Brantes et Saint-Léger-du-Ventoux  

 

 

  

  Beaumont-du-Ventoux (84340 - infos)

 

Mont Ventoux - Commune de Beaumont-du-Ventoux

La délimitation établie le 4 juin 1805 et en 1827, à l'ouest du mont Ventoux, le long de la ligne de crête entre les communes de Beaumont-du-Ventoux et de Bédoin, représentée sur cet extrait cadastral en ligne en 2013, ne tient pas compte de la décision de modification des limites territoriales confirmée le 10 décembre 1993 par le Conseil d'État. Les limites territoriales fournies par Géoportail sont-elles actualisées.

 

 ► Décision du Conseil d'État - ici -

 

 

 

  

  Bédoin (84410 - infos)

 

Mont Ventoux - Commune de Bédoin

La délimitation établie le 4 juin 1805 et en 1827, à l'ouest du mont Ventoux, le long de la ligne de crête entre les communes de Beaumont-du-Ventoux et de Bédoin, représentée sur cet extrait cadastral en ligne en 2013, ne tient pas compte de la décision de modification des limites territoriales confirmée le 10 décembre 1993 par le Conseil d'État. Les limites territoriales fournies par Géoportail sont-elles actualisées.

 

 

 

  

  Brantes (84390 - infos)

Mont Ventoux - Commune de Brantes  

 

 

  

  Saint-Léger-du-Ventoux (84390 - infos)

Mont Ventoux - Commune de Saint-Léger-du-Ventoux  

 

 

  

  Peut-on voir la mer Méditerranée du sommet ?

 

Vous êtes accompagnés d'enfants scolarisés en classe de 4e ou de 3e, c'est le moment rêvé de réviser l'égalité de Pythagore* et la tangente à un cercle** !

 

* Dans un triangle rectangle, le carré de la longueur de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des longueurs des cathètes, c’est-à-dire les côtés de l’angle droit.

** La tangente à un cercle est la droite qui n'a qu'un seul point commun avec le cercle.

 

Sachant que le point le plus lointain qu'on puisse apercevoir, l'horizon, sera le point de contact entre la Terre et la tangente à celle-ci (H) passant par le sommet du mont Ventoux (S).

Altitude du mont Ventoux

SH² = SO² - OH² = (6371 + 1,909)² - 6371² = 24328,1

SH ≈ 156 km

 

Or, d'après votre carte, la côte maritime la plus proche étant à moins de 100 km, vous devez donc l'apercevoir si la visibilité vous est favorable !

 

 

 

  

  Accès

 

  

  En voiture

 

Accès au mont Ventoux

Pour agrandir le document, cliquer - ici -

 

Le mont Ventoux est parcouru par 3 routes principales :

 

  versant septentrional : par Malaucène (D974), dite route du mont Serein
     (inaugurée le 04 septembre 1932 par M. Daladier, Ministre des Travaux
      Publics, en présence de M. Monis, Préfet de Vaucluse);

   versant méridional : par Bédoin (D974), dite route de l'Observatoire
     (ouverture en 1882);

   versant oriental : par Sault (D164) dite route du Ventouret

     (ouverture en 1950).

Sault, Bédoin, Malaucène, sommet du mont Ventoux  

Attention : L'accès au sommet du mont Ventoux est fermé à la circulation routière par arrêté préfectoral de mi-novembre à mi-avril (mi-mai à partir de Malaucène), ces dates pouvant varier en fonction des conditions météorologiques.

 

Durant cette période hivernale, l'accès est maintenu jusqu'aux stations du Mont Serein par la D974 depuis Malaucène, et de Ventoux Sud (chalet Reynard) par la D974 depuis Bédoin.

 

Mont Ventoux - Ouverture le 23 décembre 2008 de la D974 par les Services de l'Agence départementale routière de Carpentras

Pour agrandir le document, cliquer - ici -

 

Mont Ventoux - Ouverture en avril 2008 de la D974 par les Services de l'Agence départementale routière de Carpentras

Pour agrandir le document, cliquer - ici -

 

 

 

  

  En bus

Déserte du mont Ventoux en car depuis Malaucène et Bédoin - CoVe - Trans'Cove

 

Le réseau Trans’CoVe est un ensemble de 18 lignes de transports en commun (2013) qui desservent depuis le 1er septembre 2008 toutes les communes de la Communauté d'agglomération Ventoux - Comtat Venaissin (CoVe).

 

 ► Les lignes, les dessertes, les dates, les horaires, etc. - ici -

 

 

 

  

  À pied

 

Les chemins de randonnées sont multiples. Les Offices de Tourisme de Bédoin, de Malaucène, de Sault et de Vaison-la-Romaine proposent une sélection de circuits, et l’été, des sorties à thème (ascension nocturne, découverte de la forêt).

 

Le guide IGN Provence (tome 2, 120 balades et randonnées, 18 €) permet de sélectionner des itinéraires de balades, que ce soit à pied, à vélo ou en VTT.

 

Chemin de grande randonnée (GR) :

 

   GR4 : de Mondragon (Vaucluse) à Simiane-la-Rotonde 
     (Alpes-de-Haute-Provence) - carte -

  GR91 : de Brantes à Fontaine-de-Vaucluse (Vaucluse) - carte -

 

 

 

  

  À vélo

 

À partir de Bédoin la montée au Ventoux est réputée comme étant la plus dure et la plus emblématique: 22 km et 1.610 m de dénivelé. La montée est facile jusqu’à Saint-Estève, puis la pente est à 10 % en moyenne sur 16 km. Vent fort en général sur les derniers kilomètres et sans ombre.

 

Sault, Bédoin, Malaucène, sommet du mont Ventoux Bédoin, sommet du mont Ventoux

 

Viennent ensuite, par ordre de difficulté :

 

   depuis  Malaucène (montée plus protégée du vent, de 21 km et 1.570
     m de dénivelé avec quelques répits);

 

   depuis Sault (la plus longue, mais la plus facile, de 26 km et 1.220 m de
     dénivelé). Pour ce dernier itinéraire, le Chalet Reynard constitue le point
     de rencontre de la route reliant Bédoin au sommet.

Malaucène, sommet du mont Ventoux, Sault  

Attention : En été, montez le Ventoux de très bonne heure. Toute ascension passée 10h00 est risquée: les interventions des pompiers pour malaises voire arrêt cardiaque (un cas au moins chaque année) ou accident dû à la circulation de voitures (nombreuses en cette période) sont malheureusement fréquents.

 

 

 

  

  Offices de Tourisme du mont Ventoux

 

  

  Office de Tourisme de la ville de Bédoin

 

Office de Tourisme de la ville de Bédoin

Espace Marie-Louis Gravier

84410 Bédoin

Tél. : +33 (0)4 90 65 63 95

Courriel : tourisme@bedoin.fr

 

   Ouverture : toute l'année.

   Juillet-août : 7 j/7.

   Hors saison :

        lundi-vendredi : 9h00/12h30 - 14h00/18h00;

        samedi : 9h30/12h00.

 

 ► Site Web - ici -

 

 

 

  

  Office de Tourisme de Malaucène

 

Office de Tourisme de Malaucène

Place de la Mairie

84340 Malaucène

Tél. : +33 (0)4 90 65 22 59

Courriel : ot-malaucene@wanadoo.fr

 

   Ouverture : toute l'année :

        lundi-vendredi : 9h15/12h15 - 14h30/17h30;

        samedi : 9h15/12h15

 

 ► Site Web - ici -

 

 

 

  

  Office de Tourisme de Sault

 

Office de Tourisme Pays de Sault

Avenue de la Promenade

84390 Sault

Tél. : +33 (0)4 90 64 01 21

Courriel : info@saultenprovence.com

 

 ► Site Web - ici -

 

 

 

  

  Office de Tourisme de Vaison-la-Romaine

 

Vaison - Ventoux - Tourisme

Office de Tourisme de Vaison-la-Romaine

Place du Chanoine Sautel

84110 Vaison-la-Romaine

Tél. : +33 (0)4 90 36 02 11

Courriel : contact@vaison-ventoux-tourisme.com

 

 ► Site Web - ici -

 

 

 

  

  Arrêté de conservation du biotope de la partie

  sommitale du mont Ventoux - 963 ha

  Avignon, le 13 novembre 1990

 

Arrêté préfectoral de conservation du biotope concernant la partie sommitale du mont Ventoux - 13 novembre 1990

Pour agrandir le document, cliquer - ici -

 

 

 ► Texte de l'arrêté préfectoral - ici -

 

 

danger Attention : depuis le 13 novembre 1990, la pratique du VTT est interdite sur la partie sommitale du mont Ventoux, sauf sur la crête (GR4) !
 

 

 

  

  Site Natura 2000 - 3.140 ha

  FR9301580 - DH - DocOb approuvé 20 décembre 2004

 

Est désigné sous l’appellation "site Natura 2000 mont Ventoux" (zone spéciale de conservation FR 9301580) l’espace délimité sur la carte d’assemblage au 1/100 000 ainsi que sur les deux cartes au 1/25 000, s’étendant sur une partie du territoire des communes suivantes du département de Vaucluse:

 

  Aurel - 84390 (Géoportail)   (infos)   
     (Diaporama).

   Beaumont-du-Ventoux - 84390 (Géoportail)   (infos)   
     (Diaporama).

   Brantes - 84390 (Géoportail)   (infos)   
     (Diaporama).

   Bédoin - 84390 (Géoportail)   (infos)   
     (Diaporama).

   Saint-Léger-du-Ventoux - 84390 (Géoportail)   (infos)   
     (Diaporama).

   Sault - 84390 (Géoportail)   (infos)   
     (Diaporama).

   Savoillan - 84390 (Géoportail)   (infos)   
     (Diaporama).

 

 ► Carte - ici -

 

 ► Arrêté du 02 juin 2010 - ici -

 

 

Natura 2000 - mont Ventoux

Pour accéder au document, cliquer - ici -

 

Natura 2000 - mont Ventoux

Pour accéder au document, cliquer - ici -

 

 

 

  

  La réserve de biosphère du mont Ventoux

 

  

  Présentation

 

La position du Ventoux, à la rencontre des domaines biogéographiques médio-européen, alpin et méditerranéen, sa puissance altitudinale, son orientation est-ouest offrant une forte opposition entre ubac (à la faune médio-européenne, montagnarde) et adret (à la faune thermophile, avec les fauvettes du type Sylvia), et sa situation de pointe avancée de l’arc préalpin font de ce massif un "univers biologique" exceptionnel.

 

Il est à ce titre plus riche que les massifs environnants (Diois, Alpilles, etc.) et l’expression d’île biogéographique semble bien le caractériser.

 

En effet, les populations des étages oroméditerranéen (à cèdres, pins noirs et genévriers), subalpin (à épicéas, mélèzes, pins à crochet) et montagnard (à hêtres, sapins et pins sylvestres) sont situées dans un état de complet isolement par rapport à leurs congénères les plus proches. Elles en sont d’autant plus remarquables et fragiles.

 

Cette imbrication des milieux à l’échelle du massif se double d’une proximité locale, entre sites parfois de même altitude, qui multiplie les écotones. Des milieux humides et frais, qu’il s’agisse des creux et petits canyons de la face sud (cf. combe de Curnier), des gorges de la Nesque, de la vallée du Toulourenc, ou des prairies humides du bassin de Sault-Monieux, se situent à proximité immédiate de milieux marqués par des influences plus méditerranéennes.

 

La réserve de biosphère du mont Ventoux puise ses racines dans sa formidable épopée scientifique. L’INRA, par son implication très forte dans les problématiques forestières dès 1956 — notamment dans l’étude des ravageurs du Pin — est sans nul doute l’un des piliers fondateurs de la réserve de biosphère.

 

Dans la deuxième moitié des années 70, un programme pluridisciplinaire intitulé "Équilibres biologiques au mont Ventoux" associant de nombreuses équipes de recherche (INRA, CNRS, Universités, Muséum national d’histoire naturelle...) aborde le Ventoux dans son ensemble, traitant de biologie et d’écologie sans oublier la place et le rôle de l’homme (agriculture, tourisme, impacts sociaux des reboisements RTM..).

 

 ► Publication de Ken Reyna (2007) - ici -

 

 

Depuis 1990, le mont Ventoux fait partie d’une réserve MaB (Man and Biosphere), label décerné par l’UNESCO à un territoire, reconnaissant la capacité de sa population à vivre dans un environnement exceptionnel tout en le préservant. Assez peu de contraintes sont associées à une telle certification, qui s’étend dans notre cas sur 34 communes, couvrant le tiers du département du Vaucluse.

 

Cette réserve de Biosphère au zonage tripartite est articulée autour d'une zone centrale protégée dans la législation nationale, ici, par des arrêtés préfectoraux du biotope. Ces décisions visent à favoriser la conservation de biotopes où se réfugient des espèces protégées.

 

Les principales restrictions sur les sites définis concernent l’épandage de produits antiparasitaires, l’écobuage, le broyage et les opérations d’aménagement. Il s’agit par-là surtout d’attirer l’attention sur une richesse écologique, et de suivre son évolution.

 

Cette zone centrale est dédiée à la protection. Au mont Ventoux, elle est constituée de plusieurs entités:

 

   de près de 10 km² au sommet (pierrier à la flore riche, milieu
     pseudo-alpin);

   de 4 km2 de pelouses au mont Serein (accueillant la vipère d’Orsini);

   d’une hêtraie relique sur le versant nord;

   de 5 km2 dans les gorges de la Nesque (canyon calcaire accueillant l’aigle
      royal, le faucon pèlerin, et la Nivéole de Fabre, endémique);

   de 81 ha à la tête des Mines (formations basses et pelouses de type
      méditerranéen);

   et de la cédraie de Bédoin (dont on a vu l’intérêt pour l’avifaune).

 

La deuxième zone, tampon, entoure les zones centrales; ses activités doivent être peu perturbatrices, il s’agit d’y mettre au point des pratiques d’utilisation des ressources naturelles respectueuses de la biodiversité. Enfin, une zone de transition constitue la couronne externe de la réserve.

 

 

Depuis 1990, le Syndicat Mixte d’Aménagement et d’Équipement du Mont Ventoux définit, anime et met en œuvre les actions de la Réserve de Biosphère du mont Ventoux.

 

Depuis 1996, un Comité de gestion, regroupant élus, administrations, gestionnaires, usagers de l’espace, associations locales, assiste la structure coordinatrice dans ses choix.

 

Ce Comité a rédigé le plan de gestion de la Réserve de biosphère, définissant les actions à mettre en œuvre pour la protection et la mise en valeur du patrimoine naturel, des sites et des paysages, le soutien au développement économique durable, l’éducation.

 

Enfin, le Conseil scientifique de la Réserve de biosphère, composé de représentants des sciences de la nature et des sciences de l’homme, accompagne la Réserve de biosphère.

 
 Nombre de communes  34
 Nombre d'habitants  45.000
 Superficie  90.000 ha
 Région  Provence-Alpes-Côte d'Azur
 Département  Vaucluse (84)
 Date de création  1990
 

 

 

  

  Territoire

 

Le territoire est nettement modelé par la main de l’homme, comme en témoignent les vastes travaux de reboisement du massif lancés à la fin du XIXe siècle. Son piémont a un caractère rural résolu, tourné vers l'agriculture de vignes, plantes à parfum, fruits... le tourisme et le secteur tertiaire.

 

L'avenir de l'économie agricole reste néanmoins incertain (crise viticole, dépérissement de la lavande, concurrence internationale, ...). L'enjeu de l'agriculture est aujourd'hui de développer pour chaque filière, la mise en relation d’une production de terroir, d'une qualité de produit (qualités gustatives et "effets sur la santé") et d'une relation forte avec le paysage et le respect de l'environnement.

 

Enfin, préservé du "tourisme de masse", la Réserve de biosphère du mont Ventoux est orientée vers un tourisme de découverte, respectueux de l'espace et de ses habitants. Le développement de ce secteur s'appuie sur la ressource naturelle (activités physiques de pleine nature), renforcé par l'image d'excellence de la destination cyclotouristique.

 

Le caractère remarquable des espèces et des milieux naturels qui composent le territoire de la Réserve de Biosphère a permis de proposer leur intégration au réseau Natura 2000.

 

D’une superficie totale de plus de 4.000 ha, les principaux objectifs de conservation des sites Natura 2000 concernent la préservation des milieux ouverts, l’accompagnement de la dynamique forestière dans les zones d’interventions sylvicoles, la conservation des milieux forestiers subnaturels, la compatibilité des activités récréatives avec la conservation des habitats et des espèces ainsi que l’amélioration de l’accueil et de la sensibilisation du public.

 

Différentes actions sont alors mises en œuvre afin de répondre aux enjeux écologiques des sites:

 

   réouverture de milieux par débroussaillage, broyage, brûlage dirigé ou
     coupe d’arbres,

   entretien de milieux ouverts par du pastoralisme,

   création d’îlots de vieillissement et/ou de sénescence,

   suivis d’habitats et d’espèces,

   aménagements liés à la pratique des sports de nature et la préservation
     d’espèces patrimoniales,

   conservation d’un réseau de gîtes pour les chauves-souris,

   actions de sensibilisation et de communication.

 

 

 

  

  Une faune et une flore variées

 

Avec sa multiplicité de milieux naturels, le mont Ventoux peut apparaître comme un hot spot de la biodiversité, un périmètre restreint où se concentrent de nombreuses espèces. Chaque étage forestier abrite un cortège particulier de flore et de faune, depuis les buis et érables des fonds humides aux chênes kermès et pins d’Alep de l’étage méso-méditerranéen (cf. étagement bioclimatique).

 

Au-delà même de la diversité des milieux, qui apporte une diversification des formes de vie, le Ventoux offre des lieux qui sont favorables à un peuplement varié.

 

Ainsi, ne serait-ce qu’en s’intéressant à l’avifaune, la cédraie de Bédoin, par sa structure multi-strate et son traitement en futaie jardinée (la dimension sociale de la nature est bien mise en lumière par ce dernier trait), abrite des grands rapaces arboricoles (autours), des oiseaux qui creusent leur loge de nidification dans les grands arbres (pic noir et épeiche), des espèces de buissons (pouillots), et des types d’espèces qui se nourrissent et nichent soit dans les branches mortes (mésange huppée), soit dans les arbres (sitelles).

 

Et au sommet, la calotte tout empierrée est le lieu de développement de 4 espèces protégées: la berce naine (inscrite sur liste nationale), l’alysson à feuilles en coin, l’euphorbe de Loiseleur et l’ibéris de Candolle (inscrits sur liste régionale).

 

Dans ce grand espace sans discontinuité écologique majeure, la grande faune est également présente. Ceci est dû aux reboisements et aux réintroductions opérées par les chasseurs et l’administration des Eaux et Forêts, tout autant qu’au fait que le Ventoux est une excellente niche écologique, mêlant peuplements résineux et feuillus, affleurements rupestres et couvert épais.

 

Six des 11 espèces de grands ongulés de France s’y trouvent (cerfs élaphe et sika, chevreuil, sanglier, mouflon de Corse, chamois des Alpes). À part le sanglier, aucune espèce n’est présente depuis plus de quelques décennies. Le cerf élaphe a été réintroduit dans les années 1950, le mouflon de Corse en 1961/62.

 

Lente a été la recolonisation par le chamois au cours des années 1970 et 1980 depuis la Lure et la Drôme, sur le versant nord. Enfin, le chevreuil a recolonisé de proche en proche le massif depuis des lâchers vers 1990 dans le Vaucluse et le Petit Luberon.

 

Cette nature éminemment inscrite dans les pratiques et représentations sociales fait l’objet de plans de chasse annuels: 400 chevreuils, 135 cerfs élaphes, 100 mouflons, 20 chamois peuvent être tués.

 

La variété de la faune et de la flore est renforcée par la présence d’espèces extrêmement éloignées de leur aire de répartition. La chouette de Tengalm, issue des grandes forêts nordiques boréales, a fréquenté le flanc nord du Ventoux dans les années 1960. Le jaseur boréal, nicheur des forêts de résineux et de bouleaux de Scandinavie, a atteint le sommet du mont Serein lors des froids de février 2005.

 

 

 

  

  Actions

 

  

  Plan National d'Actions Vipère d'Orsini

 

 

 

 

 

Espèce peu connue, la Vipère d'Orsini est un serpent de petite taille des Préalpes provençales. Menacée d'extinction à l'échelle internationale pour des raisons diverses telles que la raréfaction de son habitat, le développement du tourisme et de l'urbanisation en montagne, ainsi que les actes de destructions volontaires et les prélèvements illégaux, l’espèce a fait l’objet d’un Plan de Restauration.

 

Différents organismes se sont ainsi associés pour mener des actions telles que des suivis et recherches de population, des opérations de restauration d'habitat, des missions de surveillance et de sensibilisation, des conceptions d'outils de communication... en vue de préserver les populations existantes.

 

Sur le site du mont Ventoux, le SMAEMV/Réserve de Biosphère était responsable de la concertation et des actions de surveillance et de sensibilisation, en partenariat avec l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage.

 

Fort de cette expérience, un Plan National d'Actions (2012-2016) pour la sauvegarde de l'espèce a été élaboré. Ce nouveau plan propose un certain nombre d'actions adaptées à chaque massif. Ainsi, le SMAEMV/Réserve de Biosphère a pour mission de coordonner les actions sur le massif du Ventoux.

 

 ► Plan National d'Actions Vipère d'Orsini - ici -

 

 

 

  

  Plan National d'Actions Chevêche d'Athéna

 

Encore commune en France il y a 60 ans, la Chouette Chevêche (Athena noctua) est un petit rapace nocturne qui connaît malheureusement un déclin de ses effectifs en France de l’ordre de 20 % à 50 % depuis une trentaine d’années en raison d’une raréfaction des cavités (vieux arbres fruitiers, cabanons,...) qui lui sont nécessaires pour se reproduire.

 

Dans le cadre du Plan National d'Actions, un recensement des mâles chanteurs de chevêche mené en 2010 dans le Vaucluse a permis d’identifier certaines communes du mont Ventoux comme les principaux bastions de l’espèce, dont la commune de Mazan marquée par une forte densité de cabanons et de vieux arbres creux (cerisiers, amandiers).

 

Au cours du printemps/été 2011, en collaboration avec la LPO Paca, une première phase de travail va permettre de réaliser un diagnostic communal des sites de nidification de Chouette chevêche et de sensibiliser les habitants de la commune aux enjeux de conservation de la Chevêche.

 

À terme, il s’agit de mener des actions similaires sur l’ensemble des communes susceptibles d’accueillir la Chouette chevêche et d’assurer sa conservation sur du long terme par le maintien d’une agriculture locale.

 

 ► Fiche complète sur le site d'oiseaux.net - ici -

 

  Diaporama Flickr - ici -

 

 ► Plan National d'Actions Chevêche d'Athéna - ici -

 

 

 

  

  Vespini sociaux du mont Ventoux - Hyménoptères vespidae

 

Parmi les hyménoptères vespidae (guêpes) sociaux présents sur le mont Ventoux, la Pseudovespula norwegica (genre dolichovespula), extrêmement rare, est endémique des zones de Pin sylvestre [de l'étage supra-méditerranéen (adret: 800-1.200 m / ubac: 600-1.100 m à l’étage subalpin (adret 1.700-1.800 m / ubac: 1.600-1.800 m].

 

Ce film présente les espèces de guêpes françaises appartenant à la tribu des vespini filmées dans leurs biotopes naturels. Leur biologie est décrite en référence avec celle du frelon. Les comportements d'activité papetière, de chasse, d'accouplement et de gardiennage sont présentés.

 

 ► Film sur le site de canal U - ici -

 

 

 

  

  La Charte d'engagement des Entreprises

 

La désignation du mont Ventoux par l'UNESCO en tant que Réserve de biosphère constitue une reconnaissance internationale singulière. Afin que celle-ci puisse bénéficier directement aux habitants, il convient d'imaginer un outil par lequel un individu, une association, une entreprise ou une collectivité s'engagerait volontairement à reconnaître des valeurs et/ou à initier des actions en faveur de cette espace unique.

 

En retour, le respect de tels engagements lui permettrait de bénéficier de la renommée d'une telle Réserve en mettant en valeur l'étroit partenariat et le capital confiance qui étaient établis entre eux.

 

Pour rappel, l'objectif d'une Réserve de Biosphère est d'étudier les liens particuliers qui uniss(ait)ent les Hommes et la Nature tout en favorisant une certaine exploitation des ressources naturelles dans un esprit de respect et de reproductibilité.

 

C'est dans cet esprit et avec ces valeurs identitaires caractéristiques, que la Réserve de Biosphère du mont Ventoux, en partenariat avec le Comité MAB France, initie une démarche innovante de construction d'une charte d'engagement.

 

Cette charte sur le mont Ventoux sera la première de ce type en France.

 

Cette démarche a ainsi pour ambition de rassembler les partenaires engagés dans une logique de développement local durable au sein d'un réseau local, autour d'une identité commune et dans une optique de valorisation. Ce dispositif sera ainsi façonné avec des habitants et acteurs socio-économiques du mont Ventoux.

 

 

 

  

  Essai sur La Topographie Botanique du mont Ventoux,

  en Provence (1838)

 

Essai sur La Topographie Botanique du mont Ventoux, en Provence, lu à la Société Philomatique, le 17 mars 1838, par Charles F. Martins (1806-1889), Membre de la Commission Scientifique du Nord. Extrait des Annales des Sciences naturelles. 1838. Paris. Imprimé chez Paul Renouard, rue Garancière, n° 5. 1838

Essai sur La Topographie Botanique du mont Ventoux, en Provence - Charles F. Martins - 1838

 

 ► Accès au document - ici -

 

 

 

  

  La Réserve Biologique Intégrale du mont Ventoux - 906 ha

 

La réserve biologique intégrale, d’une superficie de 906 ha, est établie dans les forêts domaniales du mont Ventoux et du Toulourenc, en versant nord du mont Ventoux, massif calcaire de Provence.

 

 ► Présentation - ici -

 

 ► Arrêté du 10.11.2010 portant création de la RBI du mont Ventoux - ici -

 

 

 

  

  Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)

Inventaire National du Patrimoine Naturel - FR9301580 - mont Ventoux

 

Ce Formulaire Standard de Données (FSD) intègre les informations officielles transmises par la France à la commission européenne (juin 2013):

 

   Description;

   Habitats;

   Espèces;

   Protections;

   Activités;

   Gestion;

   Régimes de propriété;

   Responsables.

 

 ► Accès au document - ici -

 

 

 

  

  Projet de Parc Naturel Régional du mont Ventoux

Logo SMAEMV Réserve de Biosphère du mont Ventoux

 

Rappel : La région PACA compte 5 PNR sur les 46 PNR existants en France en mars 2011. Quatre projets de PNR sont à l'étude: Baronnies, Préalpes d'Azur, mont Ventoux et Sainte Baume. Le label du PNR du Luberon a été renouvelé pour 12 ans par décret du 20 mai 2009.

 

Le PNR de Camargue a augmenté son périmètre par décret du 15 février 2011. Les PNR de Camargue et du Luberon sont reconnus Agenda 21. La charte du PNR du Queyras a été renouvelée par décret du 2 juin 2010. Un dispositif national particulier va permettre cette reconnaissance d'une charte de PNR en tant qu'agenda 21 local.

 

 ► Carte des PN et PNR dont projets en PACA - ici -

 

 

Avec le mont Ventoux comme facteur commun, c’est tout un territoire de vie qui s’est organisé autour de cette montagne emblématique, cœur du projet de Parc. Le Ventoux est un repère pour tous les habitants qui revendiquent un réel sentiment d’appartenance à cette région à l’identité très forte.

Carte du projet de Parc Naturel Régional du Ventoux (2013)

Véritable trait d’union entre les hommes, ce mont isolé voit s’étaler une grande diversité de paysages qui témoignent d’une relation étroite entre les communautés rurales et leur environnement.

 

Ce dialogue paysager entre plaine, plateaux et montagne s’exprime par des savoir-faire paysans et des traditions locales hérités d’une longue histoire rurale. Cette histoire a lentement façonné une nature née des extrêmes (du méditerranéen à l’alpin), socle de la reconnaissance en tant que Réserve de Biosphère par l’UNESCO.

 

Ici, l’eau est rare ou cachée, partagée entre le bassin-versant du Rhône (Ouvèze, Toulourenc, Mède, Auzon, Nesque) et la circulation souterraine des eaux au cœur du karst vauclusien. Les hommes ont dû s’adapter à ces conditions difficiles pour bâtir une économie agricole à la qualité aujourd’hui reconnue.

 

De ces richesses, le mont Ventoux a su tirer profit en bénéficiant aujourd’hui d’une renommée internationale et d’une attractivité forte. Il n’en demeure pas moins que l’avenir repose sur une stratégie globale construite dans la plus large concertation possible.

 

D’un point de vue institutionnel, le regroupement de communes autour du mont Ventoux a débuté il y a près de 50 ans, lors de la création du SMAEMV.

 

Avec une volonté de tous les acteurs locaux, le futur Parc Naturel Régional du mont Ventoux constitue un formidable moment démocratique pour bâtir ensemble un projet autour de la sauvegarde des patrimoines et du développement d’une économie locale.

 

 

 

22 septembre 1992 à Vaison-la-Romaine.

 

 

 

  

  Les communes concernées par le projet

  de Parc Naturel Régional du mont Ventoux

 

   Aubignan - 84810  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Aurel - 84390  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Beaumont-du-Ventoux - 84340  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Bédoin - 84410  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Blauvac - 84570  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Caromb - 84330  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Carpentras - 84200  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Crestet - 84110  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Crillon-le-Brave - 84410  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Entrechaux - 84340  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Faucon - 84110  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   La Roque-sur-Pernes - 84210  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Le Barroux - 84330  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Le Beaucet - 84210  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Loriol-du-Comtat - 84870  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Malemort-du-Comtat - 84570  (Géoportail )  (infos
     (Diaporama).

   Méthamis - 84570  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Monieux - 84390  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Mormoiron - 84570  (Géoportai)   (infos
     (Diaporama).

   Pernes-les-Fontaines - 84210  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Puyméras - 84110  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Saint-Christol - 84390  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Saint-Didier - 84210  (Géoportail )   (infos
     (Diaporama).

   Saint-Hippolyte-le-Graveyron - 84330  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Saint-Léger-du-Ventoux - 84390  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Saint-Pierre-de-Vassols - 84330  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Saint-Marcellin-lès-Vaison - 84110  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Saint-Romain-en-Viennois - 84110  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Saint-Trinit - 84390  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Sault - 84390  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Vaison-la-Romaine - 84110  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Velleron - 84740  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Venasque - 84210  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

   Villes-sur-Auzon - 84570  (Géoportail)   (infos
     (Diaporama).

 

 

 

  

  Calendrier

 

   2013 : Lancement du diagnostic.

   2014 : Concertation et élaboration de l'avant-projet de Charte.

   2015 : Avis intermédiaire des instances nationales, consultation des
     collectivités et des établissements publics de coopération 
     intercommunale, enquête publique.

   2016 : Avis final des instances nationales et classement en PNR (décret
     du Premier Ministre).

 

 ► Plaquette de présentation du projet -ici -

 

 

 

  

  Office National des Forêts (ONF)

 

En 2012, sur le massif du mont Ventoux, l'ONF gère près de 18.000 ha appartenant à l’État et aux communes.

 

ONF - Unité Territorial Ventoux

Maison forestière des Cèdres

84410 Bédoin

Tél. : +33 (0)4 90 65 60 29

Tél. : +33 (0)6 24 78 38 43

 

 

 

  

  Reboisement du mont Ventoux - 1888-1903

  Enquêtes photographiques de l'Inspection des Eaux et forêts d'Avignon

 

Les travaux photographiques du reboisement et de la restauration des terrains en montagne s'inscrivent dans le cadre des opérations menées par le service de restauration des terrains en montagne, né au sein de la direction générale des forêts du ministère des finances lors de la loi sur le reboisement du 28 juillet 1860.

 

Cette loi fut remplacée en 1882 par la loi sur la restauration des terrains en montagne qui connut plusieurs aménagements en 1913 et 1933. Une instruction du 1er avril 1886 charge les conservations des eaux et forêts d'illustrer les projets et les travaux de reboisement et de restauration des terrains en montagne par des photographies.

 

   Clichés du 27 juillet 1888 - ici -

   Clichés du 28 août 1888 - ici -

   Clichés du 29 octobre 1888 - ici -

   Clichés du 30 juin 1889 - ici -

   Clichés du 2 juillet 1889 - ici -

   Clichés du 10 avril 1895 - ici -

   Clichés du 29 avril 1902 - ici -

   Clichés du 30 avril 1902 - ici -

   Clichés du 6 juin 1903 - ici -

   Clichés du 7 juin 1903 - ici -

 

 

 

  

  Métiers qui ont fait le quotidien des habitants

  des siècles passés

 

  

  Les charbonniers du Ventoux

 

  

  Une charbonnière expérimentale

 

Une charbonnière expérimentale - Méthodologie de l'anthracologie sur charbonnière pour une approche de la gestion du milieu forestier en Languedoc.

 

Mémoire présenté pour obtenir le diplôme de Maîtrise Biologie des Organismes et des Populations par Vincent Battesti, soutenu le 22 juin 1992.

 

La carbonisation n'est pas une activité que l'on peut qualifier de récente puisque l'on en retrouve ses traces jusqu'à l'Antiquité. Dès le IIIe siècle avant J.-C., Théophraste décrit les procédés de transformation du bois en charbon.

 

Avant la fin du XVIIIe siècle, on n'utilisait pas le charbon de terre, la houille. Pour la majeure partie des activités proto-industrielles (fonderies, poteries, briqueteries, fours à chaux...), le charbon de bois était le seul combustible permettant d'atteindre une température suffisante.

 

De plus, il revenait moins cher de transporter le bois sous forme de charbon (plus léger) de la forêt vers les centres de consommation.

 

La source de cette "manne" combustible était bien sûr la forêt, mais via les charbonnières. Grossièrement, le travail du charbonnier consistait, avec le bois qu'il avait coupé, à édifier une meule qui lui permettait de chauffer le bois à très haute température à l'abri de l'air.

 

On mettait le bois en "tas" compact, tas que l'on recouvrait de ramilles (petites branches feuillues aplaties), puis de terre afin d'étanchéiser l'ensemble. On allumait la meule et après une durée de carbonisation de quelques jours, on obtenait ainsi du charbon de bois mis ensuite en sac pour la vente.

 

Que l'on ne s'y trompe pas: cet explicatif très succinct cache un savoir-faire complexe que nous avons essayé de démêler dans la suite de cet exposé.

 

 ► Suite du mémoire - ici -

 

 

 

  

  Impact de la production de charbon sur le sol forestier:

  apport de la micromorphologie des sols

 

Le but de cette recherche a été de comprendre l’impact de la production de charbon de bois sur le sol forestier. Ce travail a principalement consisté en une étude micromorphologique de plusieurs profils de sol, localisés sous des charbonnières anciennes et récentes: dans la forêt de Paimpont (Ille-et-Vilaine, France), en forêt de Soigne (Belgique) et à l’Écomusée de Haute-Alsace (Ungersheim, France).

 

La combustion expérimentale de divers horizons d’un sol limono-silteux naturel vient compléter ce référentiel.

 

Les données obtenues montrent que l’impact du charbonnage sur la microstructure du sol n’est pas en relation directe avec la combustion de la meule, mais plutôt liée au mode de déforestation, de préparation, d’aménagement et d’entretien de l’aire de charbonnage tout au long des différentes phases de production, ainsi qu’aux activités domestiques du charbonnier.

 

L’étude micromorphologique des sédiments à également permis de mettre en évidence l’utilisation de mottes tourbeuses pour la construction de la meule.

 

 ► Suite de la publication - ici -

 

 

 

  

  Félix Gras (1844-1901)

  Les Charbonniers (Li Carbounié)

 

"Mais il n'y a pas seulement des pâtres et des charbonniers dans le Mont-Ventour, il y a aussi des brigands Oursan, l'abominable Oursan, leur chef, est devenu par ses crimes et par sa force, la terreur de tout le pays. Heureusement, il a rencontré un adversaire digne de lui, Réginel, qui a juré de détruire la redoutable bande dont il est craint et détesté.

 

Au temps où j'étais encore enfant, on se réunissait par groupes, sur l'un des bancs de la chaussée d'Alais, et, là, le meilleur narrateur de la troupe racontait à ses camarades attentifs et terrifiés, l'histoire d'un certain Jean de l'Ours le Bourru.

 

En lisant [Les Charbonniers] le beau livre de M. Félix Gras, en retrouvant, à chaque page, les exploits surhumains de Réginel, on pense involontairement à ce héros de traditions populaires" (Maurice Faure.)

‎  

Le Malemortais Félix Gras (1844-1901) fut un des grands écrivains de la Renaissance provençale du XIXe siècle. Une de ses œuvres de jeunesse, mais déjà majeure "Les Charbonniers" (1876) épopée en vers, contribua à le faire reconnaître comme un des maîtres de la poésie provençale.

 

Les Charbonniers (Li Carbounié). Épopée en XII chants

Auteur : Félix Gras (1844-1901)

Édition originale : 1876

Traduction : française en regard

Éditeur : ‎Raphèle-lès-Arles

Collection : Culture provençale et méridionale, 1978‎

Parution : 1978 (réédition d'après l'édition originale de 1876)

Format : In-8° br. de 333 pp v  

 

 

  

  La "neige pilée" du Ventoux, une ressource

  forestière des communes du piémont

 

La neige commercialisée est utilisée en tant que glace à rafraîchir (refroidir les boissons, conserver les aliments, confectionner des mets glacés: crèmes, mousses et sorbets) et sert pour des usages médicaux (fièvres, contusions) et pour les marchés de gros (boucherie, halles aux poissons).

 

Il s'agit de neige compactée et gelée à cœur que les négociants de la région du Ventoux nomment "neiges pilées". Cette neige étant tassée et damée dans des dépressions naturelles ou dans des fosses creusées de main d'homme à flanc de montagne. Localement, ces fosses sont appelées "conserves".

 

Leurs formes et dimensions sont variables: excavations de 20 m de côté sur 3 m de profondeur pour Malaucène, fosses circulaires de 6 m de diamètre et de 4 m de profondeur pour Bédoin. Une fois remplie, la conserve est recouverte de branches et de feuillages et la neige ainsi conditionnée se garde jusqu'en été.

 

'Ada Acovitsióti-Hameau - Forêt méditerranéenne t. XXX, n°1, mars 2009.

 

 ► Suite de la publication - ici -

L'Or Blanc des Collines - Sites d'exploitations de la neige et de la glace dans l'espace varois - Supplément n°2 au Cahier de l'ASER

 

L'Or Blanc des Collines

Auteur : Ada Acovitsióti-Hameau

Éditeur : ASER du Centre-Var

Date de parution : 2009

Code ISBN : 2-95152227-6-2

Format : 21 cm x 29,7 cm, 50 pages, broché

Prix : 7.00 € (2013)

Informations complémentaires : - ici -

 

 

 

  

  Tourisme blanc au mont Ventoux

Stations de ski du mont Ventoux

 

Si à la fin des années 20, quelques pionniers montaient, skis sur l'épaule, par le versant sud, le développement des deux stations de ski du Ventoux, le chalet Reynard au sud-est et le mont Serein au nord-ouest, datent des années 30 (1936 la loi française introduit les congés payés).

Ski au mont Ventoux - Le chalet Reynard, construit en 1927  

1936, voit l'installation du premier remonte-pente, simple traîneau tracté par un câble mû par un moteur de camion. En 1946, première évolution technique avec la "tirrassette", câble tirant les luges, suivie en 1947, de la "ficelle", ancêtre des remonte-pentes actuels.

 

Attention : L'accès au sommet du mont Ventoux est fermé à la circulation routière par arrêté préfectoral de mi-novembre à mi-avril (mi-mai à partir de Malaucène), ces dates pouvant varier en fonction des conditions météorologiques.

 

Durant cette période hivernale, l'accès est maintenu jusqu'aux stations du Mont Serein par la D974 depuis Malaucène, et de Ventoux Sud (chalet Reynard) par la D974 depuis Bédoin.

 

 

 

  

  Versant nord : le mont-Serein

 

Logo de la station du Mont Serein - Vaucluse Pistes du Mont Serein - Vaucluse

 

 

Sur la face nord du mont Ventoux, au caractère âpre et alpin, on trouve des zones très abruptes dont l'altitude peut chuter de 1.500 m sur 3 km. C'est sur ce versant aux nombreuses combes situé sur la commune de Beaumont-du-Ventoux, que se situent le mont Serein et sa station familiale, accessible par la D974.

 

Un grand bol d'air au cœur de la Provence!

 

 ► Site de la station du mont Serein - ici -

 

 

 

  

  Activités sportives hivernales

 

   8 téléskis;

   12 km de pistes balisées entre 1.400-1.800 m;

   7 km de pistes de ski de fond;

   8 km de pistes pour les amoureux des randonnées en raquettes;

   un tapis roulant de 90 m (un côté ski et un côté luge).

 

 ► Les pistes - ici -

 

Forfaits (saison 2012/2013) :

 

   adulte : journée : 16,30 € - demi-journée : 13,30 €;

   enfant (- 12 ans) : journée : 10,50 € ;

   enfant débutant (- 12 ans) : journée : 7,00 € (tapis roulant);

   enfant débutant (- 12 ans) : journée : 9,50 € (téléski de La Praire).

 

 

 

  

  Activités sportives estivales

 

   devalkart;

   ski sur herbe;

   découverte de la nature en montagne;

   randonnées...

 

 

 

  

  Trail du Ventoux

 

Sortez des sentiers battus, venez-vous mesurer aux montées mythiques du mont Ventoux, face nord, au mont Serein, et entrez dans la légende. Découverte des parcours de la Scott Défi Vertical du Ventoux, que du plaisir pour jouer avec la beauté de ces montées et découvrir cet environnement sauvage et grandiose...

 

2013 : Plus de 1.000 coureurs au départ du 26 et du 44 km du Trail du Ventoux disputé cette année sous une pluie battante et incessante et un parcours de replis pour le 44 km. Victoires de Patrick Bringer et Christel Dewalle sur le 44 km (infos).

 

 ► Lien pratique - ici -

 

 

 

 

 

  

  Chalet Liotard

Chalet Liotard - 1.400 m - Beaumont-du-Ventoux

 

Situé à 1.400 m d'altitude sur la commune de Beaumont-du-Ventoux, en bordure de la D974, entre Malaucène et Bédoin, le chalet Liotard construit en 1935, domine la station du mont Serein. Depuis cette date, il est le point de rencontre incontournable des skieurs, des randonneurs, des cyclistes et de tous les amoureux de la nature.

 

SARL Chalet Liotard

Le mont Serein

84340 Beaumont-du-Ventoux

Tél. : +33 (0)4 90 60 68 38

Courriel : chalet-liotard@orange.fr

 

 ► Site du chalet Liotard - ici -

 

 

 

  

  Photographies

 

  

  Flickr

 

  Diaporama - ici -

 

Les deux stations de ski du Ventoux, le chalet Reynard au sud et le mont Serein au nord, datent des années 30, à l’initiative de Pierre de Champeville, un professeur de dessin stéphanois installé à Carpentras et passionné de montagne en général et du Ventoux, en particulier.

 

 

 

  

  Versant sud : Station Ventoux Sud

Logo de Station Ventoux Sud - Vaucluse

 

Station Ventoux Sud comme son nom l'indique est située sur le versant sud du mont Ventoux, à 1.440 m d'altitude, dans une zone de Biosphère classée et protégée.

 

Prisée des amateurs de sensations fortes et de dépaysement, elle offre une large palette d’activités de pleine nature. En hiver, la station localisée à proximité du restaurant d’altitude, le Chalet Reynard, propose une activité de glisse: ski, luge, surf, snowblade et des balades en raquette et en ski de fond. En été, la création d’un Bike-Park en 2011 a permis de développer une activité de VTT de descente sur des pistes aménagées, tous niveaux.

 

 ► Site de Station Ventoux Sud - ici -

 

 

 

  

  Activités sportives hivernales

 

Le domaine s'étend de 1.440 à 1.650 mètres d'altitude. Il offre 7 km de pistes de ski alpin. En hiver, la station propose pour la pratique du ski alpin et du ski de fond:

 

   2 téléskis;

   5 pistes bleues, dont le Signal, l’Ermitant et le Plateau;

   2 pistes rouges : la piste de Slalom et le bas du Signal;

   30 km de circuit de ski de fond autour du Chalet Reynard et du sommet
     du Ventoux;

   1 piste de luge.

 

Depuis le chalet Reynard, vous avez également la possibilité soit de monter sur la route du col des Tempêtes. Un bel espace très dégagé permet aux plus jeunes de s’adonner aux plaisirs de la glisse en luge, ou pour les adeptes de la randonnée en raquettes ou ski de fond, des itinéraires à votre propre rythme, dans les sous-bois enneigés.

 

Forfaits (saison 2012/2013) :

 

   adulte : journée : 10 € - demi-journée : 8 €;

   enfant (- 12 ans) : journée : 8 € - demi-journée : 6 €.

 

 

 

  

  Activités sportives estivales

 

   Bike Park (infos);

   découverte de la nature en montagne;

   randonnées...

 

 

 

  

  Chalet Reynard

Virage du chalet Reynard - 1.440 m - Bédoin - Tour de france ?

 

Situé à 1.440 m d'altitude sur la commune de Bédoin, en bordure de la D974, entre Sault et Malaucène, le chalet Reynard créé en 1927, est un restaurant bar brasserie témoin de la légende des sports mécaniques et des compétitions cyclistes (Critérium du Dauphiné, Paris-Nice, Tour de France). Au fil des saisons, il accueille les skieurs, les randonneurs, les cyclistes et tous les amoureux de la nature.

 

Chalet Reynard

84410 Bédoin

Tél. : +33 (0)4 90 61 84 55

Contact : - ici -

 

 ► Site du chalet Reynard - ici -

 

 

 

  

  Photographies

 

  

  Flickr

 

  Diaporama - ici -

 

 

 

  

  Ouvrages emblématiques du mont Ventoux

 

  

  La chapelle Sainte-Croix (XVe siècle)

 

La Principauté d'Orange et comtat de Venaissin / Par Jaques de Chieze Orangeois. 1627

Pour agrandir le document, cliquer - ici -

 

La chapelle Sainte-Croix est élevée au XVe siècle à l’emplacement de l’Observatoire du Bureau central météorologique, sur décision de Pierre Valétariis (1461 † 1514), évêque de Carpentras (1482 à 1514) et neveu du pape Sixte IV (1414 † 1484).

 

À la fin du XVIe siècle, à la suite des guerres de religion, alors que seule son abside subsiste, Jean César de Vervins, prêtre et chanoine théologal du chapitre métropolitain d’Avignon, fait procéder à sa reconstruction et, par testament du 12 novembre 1701, laisse une rente de douze livres pour son entretien.

 

En juin 1711, le Père jésuite de Laval donne une description de l'édifice: il s'agit d'un bâtiment de 20 m sur 8, voûté, sans aucune ouverture, ne recevant le jour que par une porte et un petit oculus placé au-dessus de celle-ci.

 

La chapelle est de nouveau reconstruite en 1818. En 1905, une dernière messe y est célébrée.

 

Après avoir été utilisée comme abri lors de la construction de l’Observatoire du Bureau central météorologique, elle est au vu de son état, abandonnée au milieu du XXe siècle, puis rasée.

 

Une relique de la Sainte-Croix était vénérée dans cette chapelle. Elle était l'objet d'un pèlerinage le 14 septembre, jour de l'Exaltation de la Sainte-Croix. Cette manifestation rassemblait surtout les habitants des villages de Flassan et de Bédoin, mais des gens de tout le Comtat et même de plus loin y venaient en pèlerinage.

 

Une confrérie de la Sainte-Croix avait son siège dans l'église paroissiale de Bédoin. Elle était chargée d'entretenir cette chapelle et de préparer les offices qui y étaient célébrés.  

 

 

  

  La chapelle Sainte-Croix (XXe siècle)

Mont Ventoux - La chapelle Sainte-Croix (XXe siècle)

 

Élevée en contrebas de l’Observatoire du Bureau central météorologique, cette nouvelle chapelle sera inaugurée le 1er juillet 1956.

 

Depuis, une messe est toujours célébrée le 14 septembre, jour de l'Exaltation de la Sainte-Croix.

 

 ► Intérieur de la chapelle - ici -

 

 

 

  

  La Halte du Jas

 

Parallèlement à la reconstruction de la chapelle de la Sainte-Croix, Jean César de Vervins fera édifier, près du sommet, la Halte du Jas, dite de Gerbaud ou du Compagnon, qui sera placée sous la garde d'un ermite. Cette bergerie se situe à 1.500 m du sommet, dans la Combe Fiole.

 

 

 

  

  L'Observatoire du Bureau central météorologique

 

 ► Photo du début du XXe siècle (Archives de Marseille) - ici -

 

Par décret du 14 mai 1878, le Bureau central météorologique (BCM - 1873-1920) est créé afin de former une structure distincte de l'Observatoire de Paris. Il a pour vocation de publier le bulletin quotidien émanant du Service des avertissements, ainsi qu'un Bulletin mensuel en s'appuyant sur les observations réalisées dans les stations de premier ordre ou observatoires; les stations de second ordre, qui sont généralement installées dans les écoles normales primaires; et les stations de troisième ordre, dont le nombre est très grand, mais l'organisation variable.

 

Le Bureau central météorologique publie également chaque année des Annales contenant des Mémoires, des Tableaux d'observations faites en France, en Algérie et dans les Colonies, et une étude détaillée des pluies en France.

 

En 1879, la construction d'un Observatoire au sommet de mont Ventoux est actée par le Bureau central météorologique. La première pierre est posée le 16 mai 1882, année de la création de la route d’accès au sommet par Bédoin (versant méridional - D974, dite route de l'Observatoire).

 

L'Observatoire du mont Ventoux avec ceux du mont Aigoual, du Pic du Midi, du Puy de Dôme (plaine et sommet), vient ainsi compléter le réseau des "observatoires de montagne".

 

 ► Plan général de l'ingénieur Henri Bouvier - ici -

 

 ► Plan détaillé du 1er étage et coupe transversale - ici -

 

 

Au mont Ventoux ont été enregistrées des vitesses de vent proches des records nationaux:

 

   313 km/h pour le Mistral (20.03.1967);

   320 km/h pour le vent du Sud (15.02 et 19.11.1967).

 

L'actuel record de vitesse a été enregistré au mont Aigoual (sud du Massif central) le 01.11.1968, avec une pointe à 360 km/h.

 

 

 

  

  Centre radio sol-air (CRSA) 18-804

 

Mont Ventoux - Tour CRSA 18-804 de l'Armée de l'Air

Pour agrandir le document, cliquer - ici -

 

Le sommet du mont Ventoux est occupé par l'Armée de l'Air depuis 1945. Le bâtiment vie actuel a été construit pour abriter une station Gonio, elle fut remplacée en 1961 par une station hertzienne.

 

En 1961, la chaîne hertzienne Lyon-Aix avec la desserte de la base d'Orange a été créée et la tour interministérielle est inaugurée en 1968.

 

Le rattachement à la Basse Aérienne 115 Caritat Orange (84100) a lieu en 1998 lors de la fermeture de la base d'Apt Saint-Christol. En 2009, la station hertzienne change d'appellation pour devenir centre radio sol-air.

 

Le centre radio sol-air (CRSA) 18-804 du mont Ventoux a pour mission d'assurer le maintien en condition de fonctionnement optimal des réseaux hertziens sol-sol et radio air-sol dont la mise en œuvre est confiée à l'Armée de l'Air.

 

La station accueille aussi des moyens radios des cohabitants militaires et civils, les plus importants étant:

 

    la Gendarmerie Nationale;

    l'Association Départementale de la Protection Civile de Vaucluse;

    l'Office de Protection contre les Rayonnements Ionisants (OPRI);

    la Direction Départementale des Territoires de Vaucluse (DDT 84);

    le Service Médical d'Urgence d'Orange (SMUR);

    les préfectures du Gard et de Vaucluse.

 

Curieusement, cette liste ne mentionne pas les services:

 

   du Centre Émetteur TDF;

   et de la Météorologie Nationale.

 

Le bâtiment principal, avec sa tour de 42 m de hauteur édifié en 1966 sera occupé par le personnel du service de la Météorologie nationale (1945-1993) jusqu'au 1er juillet 1968, date à laquelle il rejoint les nouveaux locaux de Carpentras-Serres.

 

Par décision du Conseil d'État, il est acté que le Centre Émetteur TDF du mont Ventoux, infrastructure historique de diffusion du fait de sa situation sur un site naturel exceptionnel, est pour partie implanté sur le fonds des communes de Beaumont-du-Ventoux et de Bédoin.

 

À titre indicatif, l'altitude du sommet de l'antenne est de 1975,49 m* (précision altimétrique < 10 cm). Ce Centre Émetteur TDF du mont Ventoux fait partie des 16 émetteurs français dits de forte puissance, dont les signaux émis couvrent le Vaucluse, mais aussi une partie du Gard jusqu’à Nîmes, le sud de la Drôme et de l'Ardèche, l’Hérault et même la Lozère, soit un million de foyers à bénéficier du signal de la TNT en 2011.

 

* Système : ETRS 89 - Projection : Lambert-93 - Système altimétrique: NGF-IGN 1969.

 

 

 

  

  Photographies

 

  

  Base Mérimée

 

   Source Gallica.BnF - Photo de 1906 - ici -

   Photo du 27 août 1904 - ici -

 

 

 

  

  La tour Orange (anciennement France Télécom)

Tour Orange (anciennement France Télécom) - mont Ventoux

 

Cette tour communément appelée "Tour France Télécom" serait occupée par les installations de l'opérateur de téléphonie Orange (anciennement France Télécom).

 

 

 

  

  La brasserie Le Vendran

Hôtel du mont Ventoux - Famille Vendran - Une voiture Peugeot à l'entrée du garage

 

Cet établissement privé situé en contrebas de la tour du CRSA, sera inauguré le 20 septembre 1903.

 

Brasserie le Vendran

Sommet du mont Ventoux

84410 Bédoin

Tél. : +33 (0)4 90 60 29 25

Contact : - ici -

 

 ► Site de l'établissement - ici -

 

 

 

  

  Photographies

 

  

  forum-auto.com

 

   Brasserie le Vendran - ici -

   Brasserie le Vendran - ici -

 

 

 

  

  Le radôme

 

Radôme de la DGAC sur la crête occidentale du mont Ventoux

Pour agrandir le document, cliquer - ici -

 

Construit en 1995 sur la crête occidentale par la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) et la Direction des Services de la Navigation Aérienne (DSNA), ce radôme de 11,60 m de diamètre, posé sur une structure en béton constitué d'un tronc de pyramide dodécagonal (12 côtés égaux), abrite depuis 2010 un radar de dernière génération de gestion du trafic aérien.

 

 

 

  

  Récits de voyage

 

  

  Pétrarque (1336)

Traduction allemande du Liber chronicarum de Hartmann Schedel, imprimé à Nuremberg par Anton Koberger pour Sebald Schreyer et Sebastian Kammermeister, 23 Décembre 1493, avec portrait de gravure sur bois Pétrarque (sous-titré: Franciscus petrarcha).

 

Aujourd’hui, mû par le seul désir de voir un lieu réputé pour sa hauteur, j’ai fait l’ascension d’un mont, le plus haut de la région, nommé non sans raison Ventoux, guidé uniquement par le désir de voir la hauteur extraordinaire du lieu.

 

On ne peut de cet endroit apercevoir les Pyrénées, qui constituent la frontière entre la France et l’Espagne, non pas à cause de quelque obstacle qui s’y interpose, que je sache, mais à cause de la limite de la vue humaine.

 

On pouvait voir très distinctement à droite les montagnes de la province de Lyon, à gauche la mer de Marseille et celle qui baigne Aigues-Mortes, à une distance de quelques jours de route. Sous nos yeux se trouvait le Rhône lui-même.

 

François Pétrarque - La montée du bâti Ventoux - Lettres familières IV-I

 

 

D'origine toscane, Francesco Petrarca ou Franciscus Petrarcha, en français François Pétrarque, est le père de la poésie moderne et de la culture humaniste, auteur en langue vulgaire de cet immortel Canzoniere (Rerum vulgarium fragmenta), qui a suscité des foules d’imitateurs en Italie et dans toute l’Europe et qui a marqué la poésie amoureuse en Occident jusqu’au romantisme et au-delà, et d’une œuvre en latin, impressionnante par sa masse et qui, de son temps, lui valut la couronne de laurier et la gloire.

 

Pétrarque se présente comme une sorte de Janus regardant à la fois vers le passé et vers l’avenir, l’Antiquité et la chrétienté, la frivolité et le recueillement, le lyrisme et l’érudition, la turbulence et le repos, l’intérieur et l’extérieur.

 

Pétrarque a occupé dans l’histoire de la poésie et de la culture de l’Europe chrétienne et moderne une place exceptionnelle: jamais peut-être écrivain n’exerça influence aussi décisive ni aussi prolongée; cette influence ne se limite pas en effet au champ de la littérature, elle embrasse la vie morale et politique.

 

Si cette "présence" a pu être à ce point efficace, c’est qu’elle n’a cessé de rayonner, par la parole comme par la plume, qu’elle s’est imposée par le truchement d’un enseignement rigoureux et éloquent, par une œuvre prodigieuse ainsi que par une inlassable activité d’"inventeur" des trésors de la science et de l’art antiques; des textes que l’on croyait perdus ont été retrouvés par ses soins; philologue rigoureux autant que délicat, il en a illuminé d’autre par une lecture pénétrante et originale.

 

Les paroles de saint Augustin qui, au cours de l’ascension du mont Ventoux, flamboyèrent devant les yeux de son âme ("Les hommes s’en vont admirer les cimes des montagnes, l’immensité de l’océan, les révolutions des astres et ils se détournent d’eux-mêmes") pourraient servir de devise à sa vie et à son art.

 

 ► BnF - Édition de 1880 (traduction de Victor Develay) - ici -

 

 ► Site consacré à Pétrarque et Laure de Noves - ici -

 

 

 

  

  Thomas Platter (1595-1599)

 

On n'a pas oublié l'extraordinaire réussite sociale et intellectuelle de Thomas Platter (dit le Vieux, 1499-1582), mendiant et berger des montagnes suisses devenu imprimeur et professeur, notable de la ville de Bâle, non plus que celle de son fils Felix (1536-1614), étudiant à Montpellier, grand médecin et collectionneur. Emmanuel Le Roy Ladurie a conté leurs aventures et leurs pérégrinations dans Le Mendiant et le Professeur.

 

À son tour, le même Felix offre un demi-siècle plus tard à son jeune frère Thomas (1574-1628) de semblables études à Montpellier et un voyage d'initiation dans le sud et l'ouest de la France, le nord de l'Espagne (ainsi que les Pays-Bas et l'Angleterre), comme lui-même l'avait fait et raconté au temps du roi Henri II.

 

Thomas II Platter a reçu une éducation soignée et une véritable culture; tout au long de son itinéraire, le futur médecin, excellent latiniste et bon connaisseur des Écritures, se tourne avec un égal intérêt vers l'histoire et les lettres, vers la botanique et les monuments, vers le droit et la toponymie, vers les paysages et l'économie tant rurale qu'urbaine; les hommes, avec leurs coutumes et leurs usages particuliers d'un lieu à un autre, le passionnent plus encore.

 

Réformé et fier de l'être, citoyen de l'une des citadelles du protestantisme européen, il est d'une ouverture d'esprit surprenante pour son époque: sa modération envers les "papistes", son admiration (feutrée) pour les collèges jésuites et sa bienveillance pour les façons de vivre des Juifs d'Avignon, sa francophilie (presque constante), son regard quasi ethnologique sur les populations rencontrées, bref son absence générale de préjugés donnent au texte qu'il rédigera quelques années plus tard une liberté de ton unique

 

Il réunit aussi une considérable somme d'informations et d'observations sur la France d'Henri IV (les ruines morales et matérielles de trente ans de guerres religieuses et civiles sont bien visibles).

 

La relation du périple est d'une richesse, d'une finesse et d'une saveur telles qu'Emmanuel Le Roy Ladurie a cette fois préféré donner la parole à son héros au moyen de la traduction intégrale du texte du voyage en France du Sud et en Catalogne (traduction effectuée en commun avec Francine-Dominique Liechtenhan).

 

En incomparable spécialiste des sociétés méridionales et en analyste de l'État moderne, il introduit cette œuvre et l'éclaire de notes et de commentaires abondants où trouvent à s'exercer ses talents d'historien à l'universelle curiosité.

 

La biographie de Thomas le Vieux et celle de Felix, le récit de Thomas le jeune forment un panorama sans équivalent sur tout le XVIe et les débuts du XVIIe siècle en France et en Europe - ce second volume le prouve à l'envi -, et c'est à bon droit que l'on peut parler de "siècle des Platter", pour désigner les accomplissements de cette illustre famille bâloise.

 

Professeur au Collège de France, ancien administrateur général de la Bibliothèque nationale (1987-1994), Emmanuel Le Roy Ladurie est membre de l'Institut (Académie des sciences morales et politiques). Parmi ses très nombreux ouvrages, il faut mentionner Le Siècle des Platter, 1599-1628, t. I, Le Mendiant et le Professeur (Fayard, 1995). Francine-Dominique Liechtenhan est chargée de recherche au CNRS et enseigne à l'Institut catholique de Paris.

 

 

 

  

  Extrait

 

Le 28 mai, à deux heures du matin, on nous a ouvert les portes du rempart pour que nous puissions sortir de Bédoin, et nous avons commencé aussitôt l'ascension de la haute montagne du Ventoux. Sur le chemin qu même à la croix Sainte, nous avons pris notre petit-déjeuner du matin près d'une modeste source d'eau fraîche.

 

De fait, outre le chirurgien Adolphe, nous avions emmené avec nous un homme en plus; il se chargeait de porter nos provisions pour boire et manger.

 

Près de cette fontaine, une croix de bois était dressée, la croix du Cournillon (du Cornillon?), au pied de laquelle il y avait tout un tas de cailloux. Ce sont les pèlerins en général, et les pèlerins du Ventoux en particulier, qui jettent ces pierres en passant, tout en prononçant à haute voix les paroles suivantes: Dieu face mercy aux trespasses.

 

D'après le chirurgien Adolphe, ces croix qui sont assez nombreuses sur les pentes du Ventoux indiquent l'endroit précis où les pèlerins sont morts et enterrés, étant décédés soit pour cause de fatigue, soit dans un état de faiblesse et d'incapacité à poursuivre la route.

 

Peu après, nous avons atteint la combe de Cornillon, puis le plan ou plutôt lou plan de Saint-Calet. Ensuite, nous sommes passés par les sites ou lieux-dits qu'ils appellent dans leur langue (provençale) lou Mont Joie, autrement dit la montagne joyeuse; item lou Four de Cau, le four à chaux; item lou Plan, le plan; item le collet des Chevrieres, la colline aux chèvres; le collet des Sériettes, la colline des cailles ou des passereaux; le collet de Sant Anthoni; item le collet d'Aumian, la colline d'Aumian; item le collet de Saint-Jacques; item le val de Connières, autrement dit le val des garennes; item la combe des Turcs; tout cela compte tenu du fait que collet signifie "colline" et combe, "vallée".

 

Poursuivant notre itinéraire, nous avons fait halte brièvement à la ferme d'élevage des bêtes d'alpage de la Bastide, où nous avons bu du lait. Nous avons ensuite escaladé plusieurs pentes pelées, sur lesquelles il n'y avait plus ni arbres ni arbrisseaux, et de ce fait le soleil nous rôtissait dur, avant même que nous eussions atteint le sommet.

 

Vers midi, nous sommes enfin arrivés tout en haut de la montagne, à proximité immédiate de la chapelle appelée de la Sainte-Croix ou de la Haute-Croix. Depuis Bédoin, cela faisait environ quatre lieues.

 

Devant cette chapelle se dressait en effet une grande croix de bois, sur laquelle j'ai accroché mes vêtements; ils étaient trempés de sueur. Je n'ai gardé sur moi que mon manteau. A ce moment-là mes compagnons, à savoir le chirurgien et le porteur de notre ravitaillement, s'approchèrent de moi; ils s'imaginaient que je voulais abandonner mes vêtements sur cette croix de bois, et redescendre tout nu.

 

Mais en fait, dès que mes habits furent secs, je les enfilai à nouveau, car un petit vent glacé commençait à souffler.

 

Dans la chapelle, une congère de neige s'était accumulée sur la hauteur, si je puis dire, d'un homme et demi. C'était le vent qui avait soufflé cette neige vers l'intérieur. Ça nous arrangeait tout à fait pour le casse-croûte, puisque nous pouvions ainsi rafraîchir notre vin que le soleil avait chauffé.

 

Après ce repas, nous avons contemplé la région dans son ensemble, en jetant un regard circulaire autour du Ventoux. De là on voyait extrêmement loin, tant du côté de la terre que de la mer, compte tenu du fait que vingt lieues de distance nous séparaient du rivage de la Méditerranée. Ce mont du Ventoux est considéré comme le plus haut de toute la Provence et des lieux environnants.

 

C'est aussi le premier grand sommet que les navigateurs aperçoivent depuis le large.

Le voyage de Thomas Platter (1595-1599) - Emmanuel Le Roy Ladurie - Fayard

 

Le voyage de Thomas Platter 1595 - 1599

Auteur : Emmanuel Le Roy Ladurie

Éditeur : Fayard

Date de parution : 2000

Code EAN : 9782213605470

Format : 15,4 cm x 23,5 cm, 703 pages, relié

Prix : 32,00 € (2013)

 

 

 

  

  Jean Guérin (1829)

 

Jean Guérin, Docteur en médecine, Professeur de Physique au Collège Royal d'Avignon; Conservateur et Bibliothécaire du Muséum Calvet; Médecin de la Maison Royale de Santé; Médecin honoraire de l'Hôpital Saint-Marthe; Membre des Académies de Vaucluse, Gottingue, Turin, et de plusieurs autres Sociétés savantes nationales et étrangères.

Panorama d'Avignon, de Vaucluse, du Mont-Ventoux et du Col-Longet, suivi de quelques vues des Alpes françaises - Jean Guérin - 1829  

 

 

  

  Extrait

 

Le sommet du mont Ventoux est éloigné de deux lieues et demie de Bédouin, village au pied de cette montagne, de cinq de Carpentras, et de neuf d'Avignon. On peut aller en cinq ou six heures d'Avignon à Bédoin, mais il n'en faut pas moins de quatre et demie pour parvenir au sommet, à cause de la montée qui est d'environ 10 degrés d'inclinaison ou d'une toise perpendiculaire sur une distance de six: la pente est presque triple à trois quarts de lieue de la cime.

 

Le mont Ventoux est tout à fait calcaire, et d'un calcaire très silicieux qui passe souvent à l'état de silicalce aux environs du sommet. Cette roche ne contient point de coquilles fluviatiles comme celle de Vaucluse, mais des pétrifications marines d'une assez grande dimension.

 

Je n'ai point vu ici ce quartz grenu que j'ai trouvé si souvent et si abondamment sur le calcaire des Alpes françaises, ni aucun caillou roulé granitique. Je n'ai pu découvrir non plus dans les coupes verticales des rochers à pic aucune trace de pétrification, tandis que j'en ai vu souvent à leurs parties supérieures.

 

Cette observation que j'ai pu généraliser dans les Alpes semble indiquer que les grandes masses calcaires n'ont été que revêtues d'un vaste manteau coquillier.

 

Dans les vallons inférieurs on trouve du sable différemment coloré, du fer spathique et limoneux, des brèches, du jaspe, des argiles grises et blanches, de la craie, des ocres de diverses couleurs, du gypse, des pyrites, des terres imprégnées du fer sulfaté, et quelques couches isolées de charbon de terre.

 

J'ai observé sur le mont Ventoux la diminution de la température invariable de plusieurs Sources, dans la progression suivante:

 
  °C Tois.
 Puits profonds de nos plaines 14,7 15
 Fontaine du Grosseau, près Malaucène 11,2 212
 Fontaine de Marin, entre St-Léger et Brantes 11,2 218
 Fontaine de Savoillans 10,5 273
 Fontaine d'Angel 9,0 598
 Fontaine Filiole 5,5 920

   Hauteur sur la mer en toise.

 

 

Le décroissement de température des sources du mont Ventoux suit à très-peu près le décroissement moyen des températures de l'atmosphère, à la hauteur où ces sources sont situées.

 

Voici la hauteur des principaux lieux par où l'on passe ordinairement pour arriver d'Avignon au sommet du mont Ventoux:

 
 Carpentras, Place de l'évêché 52
 Village de Bédouin, maison d'Archimbaud 155
 Dernières granges de Bédouin 260
 Le jas ou Bâtiment 807
 Sommet 1.000

   Hauteur sur la mer en toise.

 

 

Il est singulier que les anciens Géographes n'aient point parlé d'une montagne isolée de 1.000 toise de hauteur, qu'on voit de 40 lieues, qui s'élève tout à coup à l'extrémité d'une vaste plaine, et qu'on peut regarder comme la plus occidentale des Alpes.

 

Pétrarque est, je crois, le premier écrivain qui ait cité le mont Ventoux, sur lequel il eut la curiosité de monter.

 

Sur son sommet conique est bâtie une chapelle, d'où la vue se perd de tous côtés dans un immense horizon. Lorsque le temps est favorable, on voit la chaîne des Alpes, la côte de Provence, celle du Languedoc; on découvre même les Pyrénées.

 

Aucune montagne, et j'en ai parcouru un très grand nombre, ne m'a offert un aussi bel Observatoire, ni un horizon plus étendu.

 

Du côté de l'ouest, les plus grandes hauteurs ne semblent que de vagues ondulations; on découvre à peine les villes et les villages. Le Rhône offre plutôt l'aspect d'un ruban argenté négligemment étendu, que celui d'un vaste fleuve. On ne voit que les masses; les collines à quatre ou cinq lieues se confondent avec la plaine. Un vert sombre indique les forêts; un vert moins bruni, les prairies.

 

Cet espace jaunâtre est un sol riche en vignobles. Plus loin, tout prend un aspect uniforme et une teinte plus ou moins azurée. Il semble, à de grandes distances, qu'on n'entrevoit les objets qu'à travers un brouillard.

 

C'est ainsi que l'espace est à la vue ce que le temps est à l'Histoire. Les rivières et les torrents qui échappent presque à l'œil, n'offrent que des lignes à demi effacées. Si les plaines, les monticules, les eaux, la verdure, les terrains incultes ne sont pas entièrement confondus, il semble tous au même niveau comme des couleurs sur la palette d'un peintre.

 

Plus loin encore, on ne distingue pas même la terre de l'uniformité des mers qui se confond avec le ciel; ce n'est qu'à l'aide du télescope qu'on en saisit quelquefois les limites.

 

Tel est le tableau que présente l'occident dans un jour serein: mais, quel changement extraordinaire causé par un simple brouillard! Alors celui qui n'a jamais vu la mer, ni ses îles, peut se former l'idée exacte d'un Archipel produit par les montagnes et les collines qui percent la nue, paraissent sur une mer aérienne, s'agrandissent ou diminuent, et semblent s'élever peu à peu, ou s'enfoncer dans le sein d'un océan sans rivages.

 

Là, ces îles offrent la terrible catastrophe d'une submersion totale; bientôt elles paraissent encore; le magique océan se retire, et la réalité succède à l'illusion.

 

C'est surtout lorsqu'un sombre et immense voile intercepte tous les objets terrestres, et qu'un rocher vivement éclairé semble porté sur les nuages; c'est lorsqu'on entend la foudre éclater à ses pieds, et que ses traits rapides sillonnent en tous sens la nue profondément abaissée, qu'on peut se croire sur une nouvelle planète.

 

La plaine éloignée, bleuâtre, qu'on distingue vers le sud, dans un jour serein, aux heures où le soleil est près de l'horizon, est la mer, la véritable mer.

 

Ce n'est plus une illusion produite par les nuages ou les brouillards; c'est cette mer qui nous sépare de la brûlante Afrique. Faiblesse de nos sens! Imperfection de nos instruments! Galilée, Newton, Herschelle, à quoi serviraient ici vos étonnants télescopes? S'ils rapprochent les distances, peuvent-ils donner une parfaite transparence à l'air interposé entre les objets, et dissiper les vapeurs qui en altèrent la pureté?

 

Ces obstacles invincibles rendent inutiles la savante combinaison des verres et des miroirs dirigés sur des corps terrestres trop éloignés.

 

Cette partie de l'horizon semble tout à fait immobile; cependant des cités flottantes la traversent; des îles sortent de son sein; mille barques s'y jouent au milieu des flots.

 

Si je jette les yeux vers l'orient, quelle décoration nouvelle! Quelle gradation de nuances, quelle infinité de plans, quelle variété de coupes! Des chaînes prolongées, des sommets dentelés, des cimes en forme d'autels, de dômes, d'obélisques, de pyramides, s'élancent de toutes parts.

 

Je vois des montagnes couvertes de noires forêts, d'autres azurées ou blanchies par la neige; on dirait que d'immenses flots soulevés et brisés contre des écueils, se sont tout à coup lapidifiés. J'observe le parallélisme des chaînes et la hauteur des sommets arides. Je distingue au loin ce mont célèbre par le plus périlleux et le plus savant des Voyages (Mont-Blanc). Ce sommet pyramidal, aussi remarquable par son inaccessible hauteur que par les sources de l'Éridan, me retrace mille souvenirs.

 

Si le Naturaliste ne peut étudier d'ici les détails géologiques, embrassant l'ensemble des grandes masses, il les voit se diriger de l'est à l'ouest. Il juge de leur distance, de leur inclinaison, de l'étendue et de la hauteur de leurs forêts.

 

La terre semble ici exactement partagée en plaines et en montagnes; d'un côté, l'œil glisse pour ainsi dire sur une surface uniforme; de l'autre, les sommets escarpés, les profondes vallées, les torrents destructeurs frappent les regards.

 

L'imagination nous montre des rochers suspendus, des défilés obscurs, des forêts sombres. D'une part, la terre est un vaste bassin; de l'autre, elle porte le ciel sur des cimes élancées.

 

À l'aspect d'un tableau qui a la nature pour sujet et pour cadre l'infini, tant d'idées naissent à la fois, que dans l'impossibilité de les exprimer on demeure d'abord, comme Pétrarque, dans un immobile silence.

 

 ► Accès au livre - ici -

 

 

 

  

  Jean-Henri Fabre (1865)

 

Au mois d'août 1865, le célèbre naturaliste Jean-Henri Fabre (1823-1915) organise pour deux de ses amis, une excursion au mont Ventoux. Ce sera pour eux l'occasion d'une récolte botanique fructueuse. Le sentier est étroit, la marche difficile, mais le spectacle est magnifique.

 

Une tempête se lève, impressionnante. Après avoir trouvé un refuge pour la nuit, les trois amis reprennent leur marche. Ils sont récompensés, au petit matin, par un lever de soleil d'une rare beauté. En dignes héritiers des héros romantiques, les trois compagnons font ici l'expérience de la nature dans ce qu'elle a de plus noble et de sublime.

 

Ce récit a été publié en 1879, dans le premier volume des Souvenirs entomologiques de Fabre.

Une ascension du mont Ventoux - Jean-Henri Fabre - Rivages

 

Une ascension du mont Ventoux

Auteur : Jean-Henri Fabre

Éditeur : Rivages

Date de parution : 2013

Code ISBN : 978-2-7436-2545-0

Format : 11 cm x 17 cm, 88 pages, relié

Prix : 4,85 € (2013)

 

 ► Site Jean-Henri Fabre - ici -

 

 

 

  

  À la rencontre de Jean-Henri Fabre sur les pentes du

  mont Ventoux (20.09.2012 - La Marche des sciences)

 

Qui est donc Jean-Henri Fabre? Un précurseur, un pionnier, un maître pour certains adeptes de l'observation de la nature; un personnage de contes et légendes qu'une exposition qui se tient en ce moment au Muséum national d'histoire naturelle de Paris entend faire découvrir à un large public. Entomologiste, naturaliste, poète, philosophe, instituteur, écrivain, écologiste avant l'heure, ...

 

 ► Écoutez l'émission sur France Culture - ici -

 

 

 

  

  Radioamateurs au col des Tempêtes

Radio Clubs F5KPO (84) et F5KDK au col des Tempêtes - 2010  

Les radios Clubs F5KPO (84) et F5KDK (13) ont regroupé cette année leurs forces pour le contest IARU UHF des 2 et 3 octobre 2010 en se déplaçant au mont Ventoux (col des Tempêtes). L'équipe composée de F1NSR, F1NZZ, F4CWN, F4EBM, F4JRC, F4JRD, F4GDW, F5IVP, F5SDD, F5IHP, F6BVA a été active sur 432 MHz, 1296 MHz, 2320 MHz, 5,7 GHz et 10 GHz.

 

 

 

 

 

  

  Le Ventoux et les sports mécaniques

 

  

  Courses de côte du mont Ventoux

Courses de côte du mont Ventoux

 

Organisées dès 1902 par l'Automobile Club d'Avignon et le journal l'Auto-Vélo, des courses de côte avec des automobiles, des motos et des side-cars ont lieu régulièrement chaque année au mont Ventoux.

 

De 1902 à 1936, le départ est donné de Bédoin avec une arrivée au sommet, puis, de 1937 à 1976 du virage de Saint-Estève au chalet Reynard (6 km du sommet).

Courses de côte du mont Ventoux

Voilà plus de 15 années que Jacques Lablaine consacre exclusivement ses travaux au fondateur du Tour de France, Henri Antoine Desgrange. Dans cet ouvrage, l'auteur nous fait découvrir l'historique complet de la création phare d'Henri Desgrange, le journal L'Auto-Vélo, le journal sportif à l'origine du Tour de France cycliste en 1903.

 

Cet ouvrage retrace méticuleusement toute l'histoire de ce grand quotidien: sa naissance au travers d'actes notariés et autres procédures judiciaires, la liste de ses actionnaires fondateurs historiques jamais divulguée à ce jour, son évolution au fil des ans jusqu'à sa disparition prématurée en 1944 pour faits de collaboration.

 

L'Auto-Vélo

Auteur : Jacques Lablaine

Éditeur : L'Harmattan

Date de parution : 2010

Code ISBN : 978-2296136052

Format : 15,6 cm x 23,8 cm, 256 pages, broché

Prix : 23,75 € (2013)

 

 

 

  

  Photographies

 

  

  Base BnF

 

   Course de moto 1906 - Escoffier sur sa Magnat-Debon - ici -

   Course de moto 1906 - Guippone - ici -

   Course du 14 septembre 1907 - ici -

   Course du 14 septembre 1907 - ici -

   Course du 14 septembre 1907 - ici -

   Course du 14 septembre 1907 - ici -

   Course du 14 septembre 1907 - ici -

   Course du 14 septembre 1907 - ici -

   Course du 14 septembre 1907 - ici -

   Course des 12-13 septembre 1908 - ici -

   Course des 12-13 septembre 1908 - ici -

   Thomas sur Delage - ici -

 

 

 

  

  Archives Municipales d'Avignon

 

 ► Automobile : 66 notices et leurs photos de légende! - ici -

 

 ► Voiture : 101 notices et leurs photos de légende! - ici -

 

 ► Moto : 29 notices et leurs photos de légende! - ici -

 

 

 

  

  Archives membre du Club Sizaire

 

1907 - mont Ventoux - Sizaire & Naudin dans le virage de Saint-Estève

Pour agrandir le document, cliquer - ici -

 

Une survivante de ce modèle de 1907: Type/Série: D/107/834, Carrosserie: Runabout, Moteur/N°: 120x120/632, Localisation: NZ-Ophir, Immatriculation: (AS 3976) CU1907 (photo).

 

 

 

  

  Mai 2013 : Sébastien Loeb

 

Le pilote alsacien a passé deux jours sur les pentes du mont Ventoux pour préparer la célèbre course de côte de Pikes Peak aux États-Unis fin juin. La Peugeot 208 Turbo 16 développe une puissance de 875 CV... pour un poids de 875 kilos qui procurent des sensations inédites qui lui évoquent: "la F1 pour le freinage et les énormes appuis aérodynamiques, et le rallye pour sa transmission intégrale".

 

 

 

 

 

  

  Le Ventoux et le cyclisme

1978 10 26 - Frans van Veen au mont Ventoux  

 

 

  

  Un mythe du Tour de France

 

Né en 1903, le Tour de France emprunta pendant des années un parcours qui épousait les frontières de l’Hexagone. Il fallut attendre le 22 juillet 1951 pour voir la "Grande Boucle" pénétrer à l’intérieur des terres, et gravir pour la première fois les routes du mont Ventoux.

 

Charly Gaul, Louison Bobet, Eddy Merckx ou Marco Pantani se sont illustrés sur les pentes du "Mont Chauve" qui fût gravi à 15 reprises entre 1951 et 2013, dont 9 arrivées au sommet:

 

   1951 - 22 juillet : étape Montpellier/Avignon par le versant nord
     Jean-Apôtre Lazaridès, dit Apo Lazaridès (1925-1998), est le premier
      coureur du Tour de France à passer en tête au sommet.

   1952 - 09 juillet : étape Aix-en-Provence/Avignon par le versant sud
     Jean Robic (1921-1980) passe en tête au sommet.

   1955 - 18 juillet : étape Marseille/Avignon par le versant sud
     Louison Bobet (1925-1983) passe en tête au sommet.

   1958 - 13 juillet : étape Bédoin/mont Ventoux par le versant sud
     Charly Gaul (1932-2005) remporte le contre-la-montre individuel.

   1965 - 06 juillet : étape Montpellier/mont Ventoux par le versant sud
     Raymond Poulidor (1936) gagne cette première étape en ligne se
      terminant sur un sommet.

   1967 - 13 juillet : étape Marseille/Carpentras par le versant sud
     Julio Jimenez (1934) passe en tête au sommet.

   1970 - 10 juillet : étape Gap/mont Ventoux par le versant sud
     Eddy Merckx (1945) arrive seul en tête au sommet.

   1972 - 13 juillet : étape Carnon Plage/mont Ventoux par le versant nord
     Bernard Thévenet (1948) arrive seul en tête au sommet.

   1974 - 10 juillet : étape Savines-le-Lac/Orange par le versant est
     Gonzalo Aja (1946) passe en tête au sommet.

   1987 - 19 juillet : étape Carpentras/mont Ventoux par le versant sud
     Jean-François Bernard (1962) remporte le contre-la-montre individuel.

   1994 - 18 juillet : étape Montpellier/Carpentras par le versant sud
     Eros Poli (1963) passe en tête au sommet.

   2000 - 13 juillet : étape Carpentras/mont Ventoux par le versant sud
     Marco Pantani (1970-2004) arrive premier au sprint au sommet.

   2002 - 21 juillet : étape Lodève/mont Ventoux par le versant sud
     Richard Virenque (1969) arrive seul en tête au sommet.

   2009 - 25 juillet : étape Montélimar/mont Ventoux par le versant sud
     Juan Manuel Garate (1976) arrive premier au sprint au sommet.

   2013 - 14 juillet : étape Givors/mont Ventoux par le versant sud
     Christopher Froome (1985) arrive seul en tête au sommet.

   2016 - 14 juillet : étape Montpellier/mont Ventoux par le versant sud
     Thomas De Gendt (1986) arrive premier au sprint au Chalet Reynard,
     l'étape du mont Ventoux ayant été réduite de 6 km en raison de
     vents violents.

 

 

 

  

  Histoire du Tour au Ventoux 

  (Conseil départemental de Vaucluse)

 

 ► Historique de 1951 à 2013 - ici -

 

 

 

  

  Photographies

 

  

  Flickr

 

  Diaporama - ici -

 

 

 

  

  Le Ventoux, le vélo made in France d'In'Bô

 

Le concept technique développé par la société française In'Bô, réside dans l’utilisation du bambou issu de la bambouseraie d’Anduze (infos), d’inserts d’aluminium et de fibre de lin, qui permet d’obtenir une gamme de cadres répondant aux normes françaises, conçus sur-mesure, à la fois très robustes et très légers, du vélo de ville, de route, de randonnée, jusqu’au VTT.

 

Le Ventoux, vélo route créé en 2016 par la société In'Bô, ZA, Les Bouleaux, 88240, Les Voivres, France

Le Ventoux – Fiche technique - ici -

 

 

 

 

In'Bô

ZA les Bouleaux

88240 Les Voivres

Courriel : cycles@inbo.fr

Tél. : 06 70 65 76 63 - Tél. : 07 70 01 52 66

 

 ► Portail In'Bô - ici -

 

 

 

  

  Le Géant de Provence à vélo (route)

1978 10 26 - Frans van Veen et un amis au mont Ventoux  

22 km de montée progressive au cœur d'un paysage grandiose: les gorges de la Nesque, belle percée hydrogéologique, canyon sauvage, où se dressent de fantastiques rochers qui surplombent un précipice tout au long d’une route jalonnée de tunnels et de belvédères – celui du Castelleras face au majestueux Rocher du Cire.

 

À l'arrivée sur Monieux vous découvrirez le Val de Sault, ses senteurs de lavande à l'approche de l'été, le relief qui l’entoure et qui donne à ce pays une agréable sensation d’être protégé dans un écrin.

 

Au retour dans la descente que vous amorcerez prudemment en longeant les monts de Vaucluse, vous traverserez la forêt du Javon, et rejoindrez par Méthamis le pays des Terrasses du Ventoux.

 

Distance : 65 km

Niveau : sportif

Balisage : oui

Départ/parking : Cave Terra Ventoux à Villes-sur-Auzon

 

 ► Topoguide - ici -

 

Mont Ventoux - Chalet Reynard - Peinture à l'huile 100 x 130 cm - Frans van Veen - 1982

Paysage du mont Ventoux - Tableau de Frans van Veen.

 

Mont Ventoux - Simpson - Peinture à l'huile 130 x 100 cm-- Frans van Veen - 1982

Paysage du mont Ventoux - Tableau de Frans van Veen.

 

 ► Site de Frans van Veen, peintre paysagiste - ici -

 

 

 

  

  Les éditions À vélo autour du Ventoux

 

En 2013, les éditions "À vélo autour du Ventoux" font peau neuve. Une nouvelle carte illustrée et "relookée" présente les 14 balades à vélo du Ventoux, balisées et accessibles à tous.

 

Chaque balade est détaillée dans une fiche pratique comportant une carte, les principaux points d'intérêts touristiques, ainsi que les coordonnées des professionnels "Accueil Vélo Ventoux" présents le long du parcours (loueurs de vélo, restaurants, hébergements, caves et domaines...).

 

A vélo autour du Ventoux

Pour agrandir le document, cliquer - ici - puis cliquez sur un circuit pour plus de détails

 

 

 

  

  La Ventoux Night Session

 

Organisée pour la troisième année en 2013 (début juin) par le club cyclo Amistadous Cyclo Ventoux et les associations des donneurs de sang du Vaucluse, la Ventoux Night Session vous propose une montée mythique du mont Ventoux de nuit par la voie royale depuis Bédoin. Arrivée prévue au sommet pour le lever du soleil et retour à Bédoin pour une collation bien méritée!

 

 ► Site de Ventoux Night Session - ici -

 

 

 

  

  Photographies

 

  

  Flickr

 

  Diaporama - ici -

 

 

 

  

  Tout sur le vélo en Vaucluse (route, VTT, BMX, VAE, etc.

 

  Topoguides, informations pratiques, locations, etc. - ici -

 

 

 

  

  Randonnées pédestres

 

  Topoguides, informations pratiques, etc. - ici -

 

 

 

  

  Sites remarquables

 

  

  Beaumont-du-Ventoux

 

  

  Chapelle du Saint-Sépulcre

 

Cette chapelle romane édifiée vers le milieu du XIIe siècle possède un chevet constitué d'une abside semi-circulaire. Son décor intérieur a été classé en 2000 au titre des Monuments Historiques.

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Castrum Sainte Marguerite

 

Habitat groupé-castrum médiéval du Xe siècle.

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Bédoin

 

  

  Combe de Curnier

 

  

   À proscrire en cas de risque météorologique

 
danger AVANT d'effectuer un itinéraire empruntant des gorges, il est IMPERATIF de consulter le site Vigilance météo de Météo France afin de vous assurer de l'absence de risque météorologique: précipitations, orages, etc...
 

 ► Accès à Vigilance météo - ici -

 

 

La combe Curnier est en réalité une gorge très étroite (parfois -1 m) avec ses murailles de rochers à pic sur environ 3 km.

 

 ► Topoguide de Visorando - ici -

 

 

 

 

 

  

  Chapelle de la Madeleine

 

Cette chapelle classée en 1947 au titre des Monuments Historiques , est actuellement au sein d'une propriété privée. Typique du premier art roman, elle est datée du deuxième quart du XIe siècle, ce qui en fait l'une des plus anciennes chapelles de style roman du département de Vaucluse.

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Église Saint-Pierre

 

Inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques, cette église paroissiale construite entre 1708 et 1736, brûlée lors de la destruction du village sous la Terreur et restaurée au début du XIXe siècle, est de style maniériste qui s’inspire de l’église du Gesù construite au XVIe siècle à Rome (infos).

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Oppidum de la Coste d'Antoni

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Brantes

 

  

  Aven René Jean ou la Grotte de l'ours

 

Depuis 1997, le Muséum Requien entreprend, sous la direction scientifique d'Évelyne Crégut-Bonnoure, des fouilles paléontologiques dans cet aven du flanc nord du mont Ventoux, où plusieurs dizaines de milliers de restes d'ours brun fossiles (Ursus arctos) ont été exhumées dont les ¾ appartiennent à de jeunes oursons.

 

Ce matériel est actuellement le plus riche d'Europe occidentale en nombre d'individus. Il est en dépôt au Muséum Requien à la suite d'une convention établie avec l'État et son représentant, l'Office national des Forêts, le site étant en forêt domaniale.

 

 ► Suite de la publication sur le site du musée Requiem - ici -

 

 

 

  

  Château médiéval

 

Château médiéval en ruine au sommet de la colline qui surplombe le village. Il n'en reste que des pans de murs et deux citernes d'eau enterrées.

 

Les premiers seigneurs de Brantes furent les Vincens de Mauleon de Causans de 1022 à 1630. En 1394, Guillaume de Sault devient co-seigneur avec les Vincens. Les seigneurs Des Isnards durent payer une rançon de 10 000 livres en 1578 pour récupérer le village pillé en 1573, puis envahi, occupé et fortifié par les huguenots en 1575.

 

Le Fief fut érigé en marquisat par le pape clément X en 1672 et Brantes fut acheté par Pierre du blanc, seigneur de Buisson, inspecteur des troupes d’Avignon et capitaine des portes du palais apostolique. Il le conserva jusqu’en 1790.

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Saint-Léger-du-Ventoux

 

  

  Pont sur le Toulourenc

 

Situé dans le plus petit village de Vaucluse (31 Saint Légeois en 2007), ce pont du XIXe siècle, franchit le Toulourenc, rivière qui prend sa source au pied du très remarquable château d'Aulan (XIVe siècle - infos), dans les Baronnies Provençales.

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Sault

 

  

  L'avent des Fourches

 

La découverte de restes de chevaux dans un contexte d’aven permet de présenter un ensemble d’études sur les conditions de dépôt et la taphonomie ainsi que de préciser l’attribution taxonimique du matériel. Celui-ci, daté par 14C de 12 500 ± 300 ans B.P., serait proche de la forme ancienne germanicus; elle révèle ainsi des conditions biogéographiques et/ou écologiques particulières pour la région concernée.

 

Cette découverte permet de faire le point sur l’existence et l’abondance de cette espèce dans la zone péri-méditerranéenne (Provence, Languedoc) au Tardiglaciaire et au Postglaciaire.

 

 Article publié dans PALEO - ici -

 

 

 

  

  Oppidum de Durefort (ou Mourre de la Vache)

 

Habitat groupé-oppidum et castrum médiéval.

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Oppidum des Courtines

 

Habitat groupé-oppidum.

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Savoillan

 

  

  Oppidum de la Roche Guérin

 

Habitat groupé-oppidum.

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Village médiéval de Saint Martin

 

   Base de photos Patrimages - ici -

 

 

 

  

  Festivals

 

  

  Les Silences du Ventoux

  Festival de photos animalières et de nature

Les Silences du Ventoux - Festival de photos animalières et de nature

 

Après une première édition, en 2011, le festival des "Silences du Ventoux" est désormais ancré dans le paysage du Ventoux et est en train de devenir incontournable. Je forme le vœu que les élus du territoire, tous ensemble en aient compris l’intérêt et que malgré les difficultés rencontrées, leur pugnacité, et leur dévouement aident à la pérennité de cette manifestation dans l’intérêt des pays du Ventoux.

 

Nicolas Ughetto, Président des "Silences du Ventoux"

 

 ► Visitez le site du Festival - ici -

 

 

 

  

  Festival Ventoux biosphère

Festival Ventoux biosphère - Syndicat Mixte d'Aménagement et d'Equipements du mont Ventoux & de Préfiguration du PNR du mont Ventoux

 

Portée par l’équipe d’animation de la Réserve de Biosphère du mont Ventoux, cette manifestation originale s’attèle à faire connaître et à protéger le Ventoux, véritable condensé de la biodiversité de notre planète.

 

 ► Visitez le site du Festival - ici -

 

 

 

  

  Photographes, photographies

 

  

  Flickr

 

  Diaporama - ici -

 

  Diaporama d'étoiles au Ventoux - ici -

 

 

 

  

  Archives Municipales d'Avignon

 

   1922 - Vue du sommet (versant nord) - ici -

  Vue du sommet (versant sud) - ici -

   L'Observatoire - ici -

   Sur la terrasse de l'Observatoire - ici -

   L'Observatoire sous la neige - ici -

   L'hôtel Vendran - ici -

   1907 - Un commissaire trace la ligne de départ - ici -

   1907 - Départ de Jane Herveu (Jeanne Aline Herveux), aviatrice - ici -

   1907 - Départ de Jeanne Wernet - ici -

   1910 - Meeting automobile : voiture au départ - ici -

   1910 - Voiture Hispano Suiza au départ - ici -

   Le virage de Saint-Estève - ici -

   Foule au virage de Saint-Estève - ici -

   Un concurrent en moto au virage de Saint-Estève - ici -

   Course de côte : les voitures et les spectateurs au sommet - ici -

   L'arrivée d'un concurrent au sommet - ici -

   L'arrivée d'un concurrent au sommet - ici -

   Dernier virage avant l'arrivée - ici -

 

 

 

  

  Archives de la Ville de Marseille

 

   La source du Grosseau - ici -

   1909 - Groupe de touristes dans la neige - ici -

   Levé du soleil sur le sommet enneigé - ici -

   L'Observatoire - ici -

   Sur la terrasse de l'Observatoire - ici -

   Sur la terrasse de l'Observatoire - ici -

   Sur la terrasse de l'Observatoire (été) - ici -

   Descente du mont Ventoux dans la neige - ici -

 

 

 

  

  Aguilar Patrice, photographe naturaliste

 

Spécialisé dans la photographie de reportage Nature Environnement, il réalise également des expositions et des livres.

 

 ► Découvrez ses photos - ici -

 

 

 

  

  Bartésago Charles (1878-1973), photographe

 

Passionné par les sports mécaniques, il photographiera les épreuves du mont Ventoux jusqu'en 1969. Acheté par le Musée Calvet, le fonds Bartésago, collection hétérogène composée de 6.749 documents photographiques dont 4.734 clichés personnels, peut être consulté aux Archives Municipales d'Avignon.

 

 

 

  

  Gernez Laurent, photographe

 

Photographe amateur depuis de nombreuses années, je parcours le massif du Ventoux dès le lever du jour afin d'en saisir les moments les plus beaux. Je vous propose de partager mes observations et mes émotions grâce à cette galerie dédiée au géant de Provence.

 

 ► Découvrez ses photos - ici -

 

 

 

  

  Meyer Firmin (1899-1976), photographe

 

Firmin Meyer est considéré comme le plus grand photographe du Ventoux. Avec son ami Pierre de Champeville qui l'entraîna lors de ses premières excursions dans le Ventoux, ils seront les fondateurs du ski-club du mont-Ventoux.

 

En 1957, à la demande de Jean Cocteau, il réalisera les photos des fresques de la chapelle Saint-Pierre de Villefranche-sur-Mer (infos).

 

 

 

  

  Ughetto Nicolas, photographe animalier et de nature

 

Habitant du pays de Sault, en Provence, sur le versant sud du mont Ventoux, passionné de nature, j’espère au travers de ces quelques "portraits" vous plonger au cœur de la forêt Ventoux, pour mieux vous en faire découvrir ses richesses et ses beautés.

 

Nicolas Ughetto est Président des "Silences du Ventoux"

 

 ► Découvrez ses photos - ici -

 

 

 

  

  Vidéos

 

 

  Une nuit la tête dans les étoiles au pied du Ventoux - ici -

 

 

 

 

 

  

  Revue

 

  

  Les Carnets du mont Ventoux

Les Carnets du mont Ventoux

 

"Les Carnets du Ventoux" (71 n° au 11.10.2014) sont animés par une solide équipe de rédacteurs bénévoles qui depuis plus de vingt ans, vous racontent leur passion pour la Montagne et les pays du Ventoux. Ils sont disponibles en librairie ou sur abonnement.

 

 ► Les Carnets du mont Ventoux - ici -

 

 

Abonnement :

Les Carnets du mont Ventoux

BP 44

84210 Pernes-les-Fontaines

Courriel : lescarnetsduventoux@orange.fr

 

 

 

  

  Livres

 

  

  Le mont Ventoux, encyclopédie d'une montagne provençale

 

Ce livre est le premier à proposer une approche globale du mont Ventoux, montagne emblématique de Provence. Rédigé par une cinquantaine de spécialistes, amoureux du massif, il comporte plus de 250 notices illustrées de quelque 350 photographies consacrées à son milieu naturel, à ses ressources d'hier et d'aujourd'hui, à son histoire, à ses sites, à son patrimoine, aux sports et loisirs que l'on y pratique, à sa place dans la littérature et dans les arts, aux villages enfin qui vivent tout autour de lui.

 

Au total, une véritable encyclopédie aux multiples entrées, magnifiquement illustrée, indispensable pour connaître en profondeur cette montagne dont la renommée dépasse largement les limites de la Provence et pour envisager son devenir.

 

Un ouvrage de référence pour ses habitants, pour les Provençaux qui la vénèrent et pour tous ceux qui vont à sa rencontre: les randonneurs qui la parcourent, les sportifs qui l'affrontent et ceux qui vont se ressourcer dans ses paysages insolites et grandioses.

Le mont Ventoux, encyclopédie d'une montagne provençale - Editions Alpes de lumière

 

Le mont Ventoux, encyclopédie d'une montagne provençale

Auteurs : Sous la direction de Guy Barruol, Nerte Dautier et Bernard Mondon

Éditeur : Éditions Alpes de lumière

Date de parution : 2007

Code ISBN : 978-2-906162-92-1

Format : 21 cm x 21 cm, 348 pages, broché

Prix : 38.00 € (2013)

 

  Bon de commande - ici -

 

 

 

  

  Mont Ventoux - Photographies de Steffen Lipp

 

Simple prélude des Alpes mais cependant hautain, soufflé par le mistral mais cependant caverneux, fleuri d'exception puis caillouteux, verdoyant puis torride ou polaire, le mont Ventoux est, en tout, équivoque et unique.

 

Le peintre allemand Steffen Lipp travaille et vit en Provence. Envoûté, il a abandonné pour une année son atelier de Malaucène pour se muer en photographe du Ventoux, pour en capter les figures et les transformations: ses images sont réellement saisissantes.

Mont Ventoux - Photographies de Steffen Lipp - Edisud

 

Mont Ventoux

Auteur : Jean Paul Clébert

Photographies : Steffen Lipp

Éditeur : Édisud

Collection : Premier Plan

Date de parution : 1989

Code ISBN : 2-7449-0794-4

Format : 24 cm x 23 cm, 95 pages, broché

Prix : 12,20 € (2013)

 

 

 

  

  Le Ventoux - Géant de nature

  Guide des richesses biologiques du mont Ventoux

 

Le Ventoux, montagne mythique, jaillit subitement de la plaine vauclusienne. De ses piémonts à son sommet se côtoient paysages méditerranéens et ambiances alpines.

 

Comme un guide naturaliste expérimenté et pédagogue, ce livre vous entraîne sans fatigue à la découverte d’une nature extraordinaire par sa richesse, ses beautés et son originalité.

 

Il est l’œuvre d’un groupe de naturalistes passionnés et d’amoureux du mont Ventoux, désireux de faire partager leurs talents de photographes et de rédacteurs.

Le Ventoux. Géant de nature - Editions Biotope

 

Le Ventoux - Géant de nature

Auteurs : Frédéric Melki, Maxime Briola

Éditeur : Biotope

Date de parution : 2008

Code EAN : 9782914817219

Format : 23 cm x 27 cm, 248 pages, broché

Prix : 37,05 € (2013)

 

 

 

  

  Le Ventoux des Silences

 

La photo animalière: c'est l'instant qui s'arrête, le cœur qui cogne et les sentiments du photographe qui se bousculent devant la soudaine intimité de la vie sauvage. Au fil des saisons, depuis les paysages des champs de lavande de Sault en Provence jusqu’à son sommet, le Ventoux impose ses humeurs, ses caprices, ses caresses, ses mystères et ses conditions extrêmes à la faune.

 

Cet ouvrage est le reflet de la passion d’un amoureux du Ventoux, natif du Pays, qui au fil de ses rencontres vous fera comprendre l’impérieuse nécessité de la préservation de cette majestueuse montagne encore authentique et sauvage. Grâce à ses photos, le Ventoux authentique se dévoile.

 

C’est en associant intimement leur diversité: lièvres et chamois, mésanges et grands cerfs,... en interaction avec leur milieu, que je veux vous faire prendre conscience de leur beauté et de leur fragilité et que je souhaite vous les faire aimer.

Le Ventoux des Silences - Nicolas Ughetto

 

Le Ventoux des Silences

Auteur et photographe : Nicolas Ughetto

Éditeur : à compte d’auteur

Date de parution : 2012

Code EAN :

Format : 24 cm x 22 cm, 100 pages, broché

Prix : 25,00 € hors frais d’envoi (2013)

 

 ► Site de Nicolas Ughetto - ici -

 

 

 

  

  Le mont Ventoux et ses villages

 

Monument de la nature élevant son crâne de pierre au-dessus de la plaine rhodanienne, le mont Ventoux s'est tout le temps imposé à la vue des hommes. Du haut de ses 1912 mètres, il veille avec majesté sur toute la Provence qui, à ses pieds, se déploie jusqu'à la Méditerranée.

 

Mais le Ventoux, c'est aussi une mosaïque de petits "pays", si différents les uns des autres, qui le cernent de tous côtés. Ce sont également, éparpillés dans la campagne, tous ces villages pétris d'histoire qui rivalisent de charme.

 

Mais tous n'ont pas la même relation avec le Ventoux. Tandis que certains recherchent sa protection en se blottissant bien au chaud entre ses plis, d'autres, au contraire, s'en éloignent cherchant à s'établir le plus haut possible pour tenter d'échapper à son emprise, à son ombre, sans jamais y parvenir.

 

La richesse de cette terre, qui sait si bien cultiver les différences, réside dans cette possibilité offerte, à qui veut prendre son temps, de pouvoir découvrir, lors d'une balade autour du "Géant de Provence", toutes les images et parfums de Provence.

 

Dominique Bottani est né et habite à Carpentras. Géographe de formation, profondément attaché à sa Provence et à sa montagne symbolique, le mont Ventoux, il est l'auteur, aux éditions La Manufacture, du Guide des Pays du Ventoux, du Guide des Pays du Luberon et du Guide des Routes de l'Olivier.

 

Ses photographies sur la Provence ont été publiées dans divers magazines (Géo, l'erre Sauvage, Grands Reportages...).

Le mont Ventoux et ses villages - Editions Equinoxe

 

Le mont Ventoux et ses villages

Auteurs : Dominique Bottani - Bernard Mondon - Yves Duclos

Éditeur : Éditions Équinoxe

Date de parution : 2010

Code EAN : 9782841351718

Format : 18 cm x 25,5 cm, 127 pages, broché

Prix : 22,80 € hors frais d’envoi (2013)

 

 

 

  

  L'ascension du mont Ventoux (26 avril 1336)

 

De François Pétrarque à Denis Robert de Borgo-San-Sepolcro, ermite de Saint-Augustin (traduction de Victor Develay, 1880).

 

J’ai fait aujourd’hui l’ascension de la plus haute montagne de cette contrée que l’on nomme avec raison le Ventoux, guidé uniquement par le désir de voir la hauteur extraordinaire du lieu.

 

Il y avait plusieurs années que je nourrissais ce projet, car, comme vous le savez, je vis dès mon enfance dans ces parages, grâce au destin qui bouleverse les choses humaines. Cette montagne, que l’on découvre au loin de toutes parts, est presque toujours devant les yeux.

 

Je résolus de faire enfin ce que je faisais journellement, d’autant plus que la veille, en relisant l’histoire romaine de Tite-Live, j’étais tombé par hasard sur le passage où Philippe, roi de Macédoine, celui qui fit la guerre au peuple romain, gravit le mont Hémus en Thessalie, du sommet duquel il avait cru, par ouï-dire, que l’on apercevait deux mers: l’Adriatique et l’Euxin.

 

Est-ce vrai ou faux ? Je ne puis rien affirmer, parce que cette montagne est trop éloignée de notre région, et que le dissentiment des écrivains rend le fait douteux. Car, pour ne point les citer tous, le cosmographe Pomponius Méla déclare sans hésitation que c’est vrai; Tite-Live pense que cette opinion est fausse.

 

Pour moi, si l’exploration de l’Hémus m’était aussi facile que l’a été celle du Ventoux, je ne laisserais pas longtemps la question indécise. Au surplus, mettant de côté la première de ces montagnes pour en venir à la seconde, j’ai cru qu’on excuserait dans un jeune particulier ce qu’on ne blâme point dans un vieux roi.

 

 ► Suite du texte - ici -

L'ascension du mont Ventoux - Pétrarque - Fayard

 

L'Ascension du mont Ventoux

Auteur : Pétrarque

Éditeur : Fayard

Collection : Mille et Une Nuits

Date de parution : 2001

Code EAN : 9782842055738

Format : 10,5 cm x 15 cm, 56 pages, broché

Prix : 2,60 € (2013)

 

 

 

  

  Le Ventoux - Sommet de la folie

 

C'est une pyramide de calcaire de vingt-cinq km de long, en plein cœur de la Provence. Presque une anomalie de la nature. Son crâne dégarni culmine à 1.912m...

 

Le mont Ventoux fait office de théâtre de plein air et accueille un festival itinérant célèbre dans le monde entier: le Tour de France. Il y donne des représentations magistrales, souvent tragiques, parfois comiques. Elles ont ceci de particulier que le texte en est improvisé et que les rôles ne sont pas distribués.

 

C'est l'inspiration du moment qui souffle leurs tirades aux coureurs. Ils n'en sortent jamais indemnes. De Lance Armstrong à Richard Virenque, en passant par Jean Robic, Louison Bobet, Charly Gaul, Raymond Poulidor, Eddy Merckx, Bernard Thévenet ou Jean-François Bernard tous ont été atteints par la folie du géant de Provence Tom Simpson, lui, y a même laissé la vie...

 

Inspiré des meilleurs articles de L'Équipe et illustré d'images sublimes, cet ouvrage écrit à l'encre de la passion fait revivre les 1 001 aventures humaines qu'ont connues ses pentes arides. Toutes réunies, elles bâtissent la légende du mont "qui rend fou".

Le Ventoux - Sommet de la folie - L'Equipe

 

Le Ventoux - Sommet de la folie

Auteurs : Patrick Fillion, Jacques Hennaux, Gérard Schaller, Gilles Montgermont, Philippe Le Men

Éditeur : L'Équipe

Date de parution : 2010

Code ISBN : 9782915535891

Format : 23,6 cm x 26,4 cm, 112 pages, relié

Prix : 24,00 € (2013)

 

 

 

  

  Le mont Ventoux

 

Le mont Ventoux est un lieu mythique du cyclisme que tout amateur rêve de grimper au moins une fois dans sa vie. Le Tour de France le franchit pour la première fois en 1951. Depuis, les plus grands champions ont ajouté leur nom à la légende du Ventoux: Charly Gaul, Poulidor, Eddy Merckx, Bernard Thévenet, Jean-François Bernard et, plus près de nous, Pantani, Armstrong et Virenque.

 

Arsène Maulavé revient sur l'histoire sportive du mont Ventoux et nous invite à partir à sa conquête car, sans être un champion, on peut aussi grimper le Ventoux.

 

Pour éviter de foncer la tête dans le guidon, il donne conseils et renseignements pratiques aux amateurs désireux de gravir le "mont Chauve". Ce guide illustré, tout bon cyclotouriste se doit de l'avoir dans sa sacoche pour revivre sereinement la légende des "géants de la route".

Le mont Ventoux - Arsène Maulavé - Alan Sutton

 

Le mont Ventoux

Auteur : Arsène Maulavé

Éditeur : Alan Sutton

Collection : Mémoire du Cyclisme

Date de parution : 2010

Code EAN : 9782813801715

Format : 15 cm x 21 cm, 80 pages, broché

Prix : 11,59 € (2013)

 

 

 

  

  Paysans et paysages du Ventoux

 

Ce projet est piloté par le centre méditerranéen de l'environnement labélisé CPIE des pays de Vaucluse.

 

"Nous devions bien au mont Ventoux un ouvrage témoignant de notre long cheminement au creux de ses combes, le long de ses crêtes, sur ses flancs de géant amical."

 

Les paysages du Ventoux que nous avons aujourd'hui sous les yeux sont le reflet de l'évolution de la relation de l'homme avec sa montagne ; d'une relation de travail à une relation de loisirs; une relation toujours vécue avec passion.

 

L'équipe du CME à travers les témoignages des venturois et des venturoises vous amène à la rencontre du géant de Provence. Elle nous propose aussi quelques balades pour partir à la découverte du massif.

Paysans et paysages du Ventoux - Mireille Gravier

 

Paysans et paysages du Ventoux

Auteur : Mireille Gravier

Éditeur : Éditions du Toulourenc

Date de parution : 2006

Code EAN : 978-2951993761

Format : 21 cm x 21 cm, 95 pages, broché

Prix : 12.35 € (2013)

 

 

 

  

  Au soleil du Ventoux

 

En Provence, au nord du Comtat Venaissin, une curiosité géologique connue dans le monde entier, un petit massif fantasque fait d'un enchevêtrement de lames de roches dressées à la verticale, un nom à faire rêver : les Dentelles de Montmirail.

 

Une mer de vignobles émergeant du sable, du caillou, de l'argile, les transformant à l'automne en ces vins à la fois rustiques et somptueux qui partout portent la gloire des Côtes-du-Rhône.

 

Des villages qui se donnent des airs de décor de crèche, et dressent leurs campaniles, leurs châteaux, leurs allées de cyprès pour mieux faire chanter les vents.

 

Une ville où l'on croise à chaque pas la pureté des vestiges gallo-romains, la douceur de l'art roman, la rudesse des forteresses médiévales, le luxe des évêchés de la renaissance, les raffinements de l'architecture baroque, et le sourire des gens heureux : Vaison-la-Romaine.

 

Tout cela fait un autre "fragment de Paradis", dans lequel ce livre vous invite à parcourir une ronde initiatique à travers Vaison-la-Romaine, Le Crestet, Malaucène, Le Barroux, Suzette, La Roque-Alric, Lafare, Beaumes-de-Venise, Vacqueyras, Gigondas, Sablet et Séguret, puis vous emmène à l'aventure le long des sentiers et des crêtes du massif des Dentelles de Montmirail.

 

146 dessins à la plume et 3 cartes illustrent le texte.

Au soleil du Ventoux - Patrick Ollivier-Elliott - Aubanel

 

Au soleil du Ventoux - Vaison-la-Romaine et le Pays des Dentelles

Auteur : Patrick Ollivier-Elliott

Éditeur : Aubanel

Date de parution : 1987

Code ISBN : 2-7006-0122-X

Format : 15 cm x 24 cm, 188 pages, broché

Prix : 17,38 € (2013)

 

 

 

  

  Itinéraire sur le mont Ventoux

 

Ce livre propose, avec un cahier d'une vingtaine de photographies en couleurs, un itinéraire de découverte du mont Ventoux. Chaque site est l'objet d'une analyse paysagère: une image datant du début du siècle est associée à une récente photographie de reconduction, prise sous le même angle et dans les mêmes conditions, pour mettre en évidence l'évolution des paysages.

 

Des croquis et des commentaires aident à la compréhension et à l'interprétation de ces changements. L'ensemble permet la prise en compte de la valeur patrimoniale du paysage et fait ressortir la profonde identité de ce pays.

Itinéraire sur le mont Ventoux - Pierre Gadoin - Actes Sud et le CAUE de Vaucluse

 

Itinéraire sur le mont Ventoux

Auteur : Pierre Gadoin

Illustrations : David Huguenin

Éditeur : Actes Sud et le CAUE de Vaucluse

Date de parution : juillet 2000

Code ISBN : 978-2-7427-2678-3

Format : 12,8 cm x 24 cm, 88 pages, broché

Prix : 15,30 € (2013)

 

 

 

  

  Publications

 

  

  Sur le Ventoux dans les pas de Fabre

 

Auteurs :

    Vincent Albouy, Roseline et Norbert Thibaudeau: OPIE Poitou-Charentes

    Lucas Baliteau: Maison Natale de Jean-Henri Fabre 12780 Saint-Léons

 

 ► Accès à la publication - ici -

 

 

 

  

  Constitution d'une trame de vieux bois en forêt publique

  L'exemple du Ventouret

 

Avec les communes propriétaires et les acteurs du territoire, l’Office national des forêts met en œuvre une gestion multifonctionnelle des forêts publiques, alliant la production de bois, l’accueil du public et les paysages, la conservation de la biodiversité et la protection contre l’érosion.

 

La conservation de vieux arbres et de bois mort participe à cet objectif, en constituant une trame favorable à de très nombreuses espèces.

 

 ► Accès à la publication - ici -

 

 

 

  

  Le pin à crochets naturel du Ventoux

 

Par Berthil Roux, Ingénieur Principal des Travaux des Eaux et Forêts à Carpentras.

 

 ► Accès à la publication - ici -

 

 

 

  

  Extension naturelle du cèdre au mont Ventoux

 

Par F. Courbet, A. Bertrand et E. Klein.

 

 ► Accès à la publication - ici -

 

 

 

  

  Structure géologique des Baronnies au nord du Ventoux

 

Par J. Jung et H. Erhart.

 

 ► Accès à la publication - ici -

 

 

 

  

  Les traces des derniers chasseurs-cueilleurs

 

Par Jacques Élie Brochier et Michel Livache.

 

 ► Accès à la publication - ici -

 

 

 

  

  Thèse

 

  

  Cartographie et mesure de la biodiversité du mont Ventoux.

  Approche par système d’information géographique et télédétection,

  préconisations méthodologiques et application pour l’aménagement

  forestier.

 

Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Diplôme de : Doctorat

Spécialité : Géographie

Présentée par : Ilène Mafhoud

Soutenue publiquement le : 16 juillet 2009

 

 ► Thèse - ici -

 

 

- - - oOo - - -

 

 

  Retour à la Table des matières Tourisme - balades - ici -

 

 

Tourisme en Vaucluse Provence - ADDRT 84 Vaucluse en Provence - ADDRT 84

 

 

Armoiries du Comtat Venaissin - 1274 à 1791